Goldman Sachs baisse ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis.

Parce que les mauvaises nouvelles c’est comme les emmerdes, cela vole en escadrilles comme disait Jacques Chirac.

Voilà qu’après l’Allemagne, c’est au tour des Etats-Unis de voir leur croissance revue à la baisse et pas par n’importe qui puisque nous parlons de Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde.

« Goldman Sachs a abaissé ses prévisions de croissance de l’économie américaine à 5,6 % en 2021 et à 4 % en 2022, citant une diminution du soutien budgétaire jusqu’à la fin de l’année prochaine et une reprise des dépenses de consommation plus tardive que prévu.

La banque d’investissement prévoyait jusqu’alors une croissance du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis de 5,7 % cette année et de 4,4 % en 2022.

Ses économistes ont souligné « l’effet négatif plus durable du coronavirus sur le secteur des services aux consommateurs » et la pénurie de semi-conducteurs qui ne devrait pas s’améliorer avant le premier semestre 2022, ce qui retardera la reconstitution des stocks.

Les dépenses pour certains services et biens non durables devraient rester durablement inférieures aux tendances d’avant la pandémie, selon Goldman Sachs, en particulier « si le passage au travail à distance entraîne une diminution des dépenses globales de certains employés ».

Goldman Sachs a revu en baisse son objectif de PIB de 5 % à 4,5 % pour le quatrième trimestre 2021 et le premier trimestre 2022. La banque américaine a également abaissé ses prévisions pour les deuxième et troisième trimestres de l’année prochaine, à 4 % et à 3 % respectivement ».

Pénuries, changement d’usage, télétravail, tout cela va peser durablement sur de nombreux secteurs. L’immobilier de bureaux prend un sacrée déculottée de même que tous les services de restaurations situés aux pieds des immenses gratte-ciel américains.

La crise n’est pas finie.

En réalité, si la crise sanitaire n’est pas encore terminée, la crise économique, elle, ne fait que commencer.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source BFM ici

Source à l’adresse Insolentiae