Insécurité et rodéos urbains à Lyon : le maire et le préfet bientôt auditionnés devant le tribunal

Ceux-ci seront auditionnés le 10 novembre suite à une action engagée par deux collectifs citoyens déplorant «une carence de la Ville de Lyon et de l’Etat dans leur mission de protection de la sécurité et tranquillité publiques».

Le 14 octobre, l’avocat des collectifs citoyens lyonnais «Presqu’île en colère» et «Lyon en colère» a fait savoir que le maire de Lyon Grégory Doucet et le préfet du Rhône Pascal Mailhos seront auditionnés le 10 novembre prochain devant le tribunal administratif de Lyon. Cette audition s’inscrit dans le cadre d’une procédure judiciaire lancée par 500 riverains excédés par l’insécurité et les nuisances qui frappent la capitale des Gaules.

Le communiqué de Maître Edouard Raffin explique la situation en ces termes : «Nous démontrons une carence de la Ville de Lyon et de l’Etat dans leur mission de protection de la sécurité et tranquillité publiques […] Nous soutenons que ces autorités de police sont fautives car elles ont manqué à leurs obligations en tardant à prendre des mesures et/ou en ne prenant pas toutes les mesures utiles de nature à prévenir sérieusement les nuisances des rodéos urbains sur la Presqu’île et les troubles à l’insécurité et la tranquillité dans plusieurs autres quartiers de Lyon et Villeurbanne.»

Les nuisances subies par les habitants de la Presqu’île – un quartier situé au cœur de la ville – vont des concerts de klaxons aux menaces verbales et physiques, selon Lyon Mag.

Comme le rappelle France 3, le tribunal administratif de Marseille a, le 3 août dernier, condamné l’Etat à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à une habitante d’un quartier populaire de la ville exposée à une situation similaire.

Source à l’adresse RT France