Le Parti socialiste «a abandonné le peuple», affirme Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg a estimé le 17 octobre que le Parti socialiste avait «abandonné le peuple». Il en a profité pour fustiger l’influence néfaste de Bruxelles sur les politiques menées en France au cours des quatre derniers quinquennats.

L’ancien ministre du Redressement productif et candidat à l’élection présidentielle Arnaud Montebourg a dressé le 17 octobre un bilan sans concession du Parti socialiste (PS) sur le plateau de Dimanche en politique sur France 3.

Il l’a notamment accusé d’avoir «abandonné le peuple», motivant ainsi au passage son retrait du parti. «Et Anne Hidalgo, elle a abandonné le peuple ?», lui a alors demandé le présentateur Francis Letellier. «Je n’en sais rien, il faut lui demander», a alors rétorqué Arnaud Montebourg, qui en a profité pour critiquer certaines propositions de Paris comme le doublement du salaire des professeurs : «Personne n’y croit, pourquoi ? Parce que ça coûte 60 milliards en années pleines, c’est-à-dire 80% de la recette d’impôt sur le revenu», a-t-il lancé sans toutefois exclure une augmentation des revenus du corps professoral.

Poursuivant son propos, Arnaud Montebourg en a profité pour dresser un bilan sévère des politiques menées par Emmanuel Macron et plusieurs de ses prédécesseurs dont François Hollande : «Il y a eu quatre quinquennats, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron, qui ont mené peu ou prou les mêmes politiques parce qu’il y a eu un recentrage de Bruxelles qui a sifflé à chaque fois la fin de la récréation. Pendant ce temps, les Français se sont appauvris, la France s’est affaissée et le désespoir est là», a-t-il renchéri.

Bilan «désastreux» d’Emmanuel Macron 

Arnaud Montebourg a par ailleurs étrillé le bilan économique d’Emmanuel Macron qu’il a qualifié de «désastreux». «Le bilan Macron est un bilan désastreux pour l’économie, il faut le mettre hors d’état de nuire, car il a fait beaucoup de dégâts, il nous manque un million d’emplois industriels», a-t-il ainsi déclaré. «C’est le président des financiers, pas de l’industrie, un énarque du gratin [qui a] laissé tomber Alstom, démantelé Lafarge, Alcatel, Technip, Essilor, Suez, Engie, le dernier c’est Ariane déménagé en Allemagne.»

Source à l’adresse RT France