Le maire d’une commune rurale de Normandie agressé en voulant mettre fin à un rodéo urbain

L’édile d’une petite commune du Calvados a voulu arrêter un rodéo urbain qui se déroulait le 23 octobre. «Mais j’ai reçu un coup. Avec une batte, il me semble», a-t-il expliqué auprès de Ouest France. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Bruno Lethuillier, maire de Le Faulq dans le Calvados, a été agressé le 23 octobre alors qu’il intervenait pour mettre un terme à un rodéo urbain dans sa commune, a rapporté Ouest France. «Entre 30 et 40 personnes» s’étaient regroupées en milieu d’après-midi pour s’adonner à cette pratique illégale, selon le maire et la préfecture.

«C’était dangereux. Je suis allé les voir pour leur demander d’arrêter», a expliqué l’édile de cette petite commune de 340 habitants, qui explique avoir été agressé après avoir regagné son véhicule : «Je suis descendu de ma voiture. Je voulais aller parler à l’un d’entre eux. Mais j’ai reçu un coup. Avec une batte, il me semble.» Blessé, Bruno Lethuillier n’est pas allé à l’hôpital. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Les rodéos urbains en hausse de 48% l’an dernier

Le phénomène des rodéos urbains est en net essor depuis plusieurs mois, avec des conséquences parfois dramatiques. Dernièrement, un homme de 19 ans, qui avait percuté une femme de 81 ans et provoqué son décès le 14 octobre à Clermont-Ferrand lors d’un rodéo urbain, a été mis en examen et écroué le 17 octobre. 

En 2020, 871 rodéos urbains ont été relevés par les gendarmes, en hausse de 48% par rapport à 2019. Les interventions de la police ont bondi de 30% sur la même période, selon les chiffres d’un rapport des députés Robin Reda (LR) et Natalia Pouzyreff (LREM) rendu en septembre.

Source à l’adresse RT France