«Enfer», «sadisme» : les Russes obligés d’aller en Pologne pour obtenir un visa américain

«Dès qu’il s’agit de choses tangibles et du sort de personnes spécifiques, les droits de l’homme perdent soudain leur place dans la liste des priorités de Washington», a déploré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Nouvelle rétorsion de Washington envers Moscou, sur fond de tensions liées aux effectifs de leurs ambassades respectives : les Etats-Unis ont cessé de délivrer des visas d’immigration en Russie, forçant les Russes qui veulent en faire la demande à se rendre en Pologne. Une décision qui a provoqué l’ire de la Russie.

La diplomatie américaine a justifié le 24 octobre ce changement contraignant par les restrictions imposées par les autorités russes. «Nous ne donnerons plus de nouveaux rendez-vous pour des visas d’immigration à des ressortissants russes à Moscou», a déclaré à l’AFP un porte-parole du département d’Etat américain. Ces rendez-vous sont transférés à l’ambassade des Etats-Unis à Varsovie, a-t-il ajouté, précisant que cette décision était entrée en vigueur le 12 octobre.

Maria Zakharova dénonce «un véritable enfer basé sur la dérision, frôlant le sadisme»

Sur le site internet du département d’Etat, la Russie a été ajoutée à la liste des pays «où les Etats-Unis n’ont pas de représentation consulaire ou dont la situation politique ou sécuritaire est suffisamment précaire ou incertaine pour que le personnel consulaire limité ne soit pas autorisé à étudier» les demandes de visas. La liste des autres pays concernés comprend Cuba, l’Iran, le Venezuela ou la Syrie.

«Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un changement important pour les demandeurs de visa», a expliqué le porte-parole, demandant à ces derniers de ne pas prévoir de voyage en Pologne avant d’avoir obtenu un rendez-vous. Il a reconnu qu’il ne s’agissait pas d’une «solution idéale». 

Ces dernières années, plusieurs vagues d’expulsions de diplomates entre les deux pays ont fortement perturbé le fonctionnement de leurs ambassades et consulats respectifs. Selon la diplomatie américaine, c’est «la décision du gouvernement russe d’interdire aux Etats-Unis d’employer» localement du personnel russe ou de pays tiers qui est à l’origine de cette décision. Cela «affecte gravement» sa «capacité à fournir des services consulaires», car l’ambassade américaine a dû se séparer de dizaines d’employés locaux.

Où sont tous ces nobles idéaux, qui sont si souvent discutés de l’autre côté de l’Atlantique ?

«Pendant de nombreuses années, les diplomates américains ont détruit le système de prestation de services consulaires en Russie» et «ont fait d’une procédure technique banale au XXIe siècle, un véritable enfer basé sur la dérision, frôlant le sadisme», a réagi le 24 octobre la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, sur son compte Telegram.

«C’est un coup porté aux familles et aux proches – ces liens qui forment le tissu vivant des relations entre les pays et les peuples qui les habitent. Un coup porté aux personnes qui croyaient sincèrement aux affirmations de la pensée occidentale sur la liberté de circulation. Un coup a été porté au sport, à la science et bien plus encore», a-t-elle poursuivi. «Où sont tous ces nobles idéaux, qui sont si souvent discutés de l’autre côté de l’Atlantique ? Après tout, dès qu’il s’agit de choses tangibles et du sort de personnes spécifiques, les droits de l’homme perdent soudain leur place dans la liste des priorités de Washington», a ajouté Maria Zakharova.

Source à l’adresse RT France