Jeux vidéo : le drapeau confédéré a-t-il été retiré des versions remasterisées de GTA ?

La polémique enfle suite à la probable censure d’un drapeau confédéré dans la version remasterisée du jeu vidéo GTA : Vice City dont la bande-annonce a été publiée sur les réseaux sociaux le 22 octobre.

Une représentation d’un drapeau confédéré aurait été effacée d’une version remasterisée du célèbre jeu vidéo Grand theft auto : Vice City. La perpective d’une censure a suscité la colère de nombreux fans de la série.

De nombreux aficionados de la série ont été surpris de constater que Rockstar Games, le studio à l’origine de la série Grand theft auto (GTA), semble avoir décidé de retirer à titre préventif une représentation du drapeau confédéré d’une version remasterisée de GTA : Vice City dont la bande-annonce a été diffusée sur les réseaux sociaux le 22 octobre. Dans un commentaire publié sur un fil Reddit consacré à la série, un utilisateur à l’œil avisé a remarqué que le t-shirt porté par le personnage de Phil Cassidy n’arborait plus le drapeau confédéré présent dans la version originale sortie en 2006, mais avait été remplacé par une tête de mort.

Rien ne semble indiquer que Rockstar ait subi la moindre pression du public pour demander le remplacement du drapeau en question. Ce changement a conduit les utilisateurs des réseaux sociaux à se demander comment et pourquoi une série qui s’était toujours montré critique du «politiquement correct» pouvait à son tour y succomber.

Quant à la presse spécialisée dans le jeu vidéo, cette dernière se demande si le t-shirt incriminé n’aurait pas été uniquement modifié pour que la bande-annonce ne soit pas censurée par les réseaux sociaux. Rockstar n’a pour l’instant fait aucun commentaire sur la question.

Il est également possible que la modification soit le fait de Grove Street Games, le studio auquel Rockstar a sous-traité la tâche de remasteriser GTA : Vice City. Cette nouvelle version de Vice City fait partie d’une offre groupée comprenant les versions remastérisées de GTA III ainsi que GTA : San Andreas.

Une série qui ne fait pas dans la dentelle

La série Grand theft auto, produite par le studio Rockstar Games, s’est fait connaître pour son mélange de violence gratuite, de satire sociétale et d’humour noir. Alors que d’autres développeurs sont connus pour supprimer les contenus potentiellement offensants de leurs jeux, Rockstar a toujours joué la carte de la subversion. Le dernier opus, GTA 5, sorti en 2013, contient de nombreux passages où des personnages font régulièrement usage d’un vocabulaire racialement très chargé.

Depuis la sortie du premier épisode en 1997, la série s’est régulièrement trouvée au cœur de tempêtes médiatiques, Rockstar ayant été accusé d’encourager les comportements violents parmi les jeunes jouant régulièrement à ses jeux. Néanmoins, plusieurs études académiques ont démontré l’absence de corrélation entre jeux vidéos et comportements violents.

La question du drapeau confédéré déchaîne les passions aux Etats-Unis. Pendant la guerre civile américaine (1861-1865), le Sud avait fait sécession de l’Union, revendiquant, notamment, le maintien de la pratique de l’esclavage, aboli dans le reste du pays. Les drapeaux et monuments confédérés sont aujourd’hui souvent considérés comme des symboles racistes, même si leurs partisans expliquent y voir un simple héritage de l’histoire du pays.

Source à l’adresse RT France