Un dessinateur australien licencié pour avoir comparé la vaccination à la répression de Tiananmen

Michael Leuning a été licencié après avoir réalisé un dessin dressant un parallèle entre les manifestations réprimées de la place Tiananmen en Chine en 1989 et l’obligation de vaccination contre le Covid-19 en Australie.

Le célèbre dessinateur australien Michael Leuning a déclaré ce 25 octobre avoir été licencié du quotidien de Melbourne The Age après que sa direction a désapprouvé l’un de ses dessins publié fin septembre. Le croquis dressait un parallèle entre les manifestations réprimées de la place Tiananmen en Chine en 1989 et l’obligation de vaccination contre le Covid-19 en Australie.

Dans un entretien à The Australian, Leunig, 76 ans, a expliqué que l’équipe éditoriale avait censuré environ une douzaine de ses œuvres en 2021, et que le dernier en date avait constitué la goutte de trop : dans son style caractéristique, le dessinateur y représente un homme regardant un char d’assaut, dans une position rappelant la fameuse photographie du manifestant positionné devant une colonne de blindés sur la place Tiananmen en 1989. Dans le dessin de Michael Leunig, le canon du char est remplacé par une seringue.

Le dessinateur accuse le journal de «manquer d’humour»

Leuning, qui travaillait pour The Age depuis plus de 20 ans, a appris que ses services en tant que caricaturiste politique n’étaient plus nécessaires. Le rédacteur en chef du quotidien lui aurait expliqué qu’il était «déconnecté» des lecteurs, avant de l’informer de son licenciement. Auprès de The Australian, le responsable éditorial a qualifié Leuning de «brillant», tout en confirmant que ses œuvres n’apparaîtraient plus dans la rubrique «Opinion» du journal. Cependant, le média prévoit toujours de commander des dessins de Leuning sur des sujets non politiques.

Ce dernier a accusé le journal de céder au «mouvement woke et de manquer d’humour», jugeant que son dessin était un reflet fidèle de l’époque. «L’image de la place Tiananmen est souvent utilisée dans les dessins du monde entier comme une métaphore à la Charlie Chaplin d’une force écrasante face à l’innocent impuissant. À mon avis, c’est une vraie problématique qui mérite d’être soulevée dans la ville la plus verrouillée au monde», a déclaré le caricaturiste, en référence à la situation de Melbourne, qui a établi le record du plus long confinement lié à la pandémie de Covid-19 (300 jours cumulés), qui a pris fin dans la nuit du 21 au 22 octobre.

Source à l’adresse RT France