Taïwan reconnait la présence militaire des Etats-Unis sur l’île, Pékin s’y oppose «fermement»

Taïwan a pour la première fois reconnu une présence militaire américaine sur son sol, faisant réagir fermement la Chine qui a fait part de son opposition à «toute forme d’échanges officiels et de contacts militaires» entre l’île et les Etats-Unis.

La Chine a fustigé le 28 octobre la présence de militaires américains à Taïwan après sa confirmation officielle par la présidente de l’île lors d’une interview à la chaîne CNN. «Nous nous opposons fermement à toute forme d’échanges officiels et de contacts militaires entre les Etats-Unis et Taïwan», a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. Pékin considère Taïwan comme l’une de ses provinces bien que la Chine ne contrôle pas l’île de 23 millions d’habitants.

Dans cette interview à CNN diffusée le 27 octobre, la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, avait affirmé que la menace chinoise sur le territoire était de plus en plus grande «chaque jour». Interrogée sur la présence de soldats américains sur l’île, Tsai Ing-wen avait répondu qu’ils n’étaient «pas aussi nombreux que ce que les gens pensent». «Nous coopérons avec les Etats-Unis afin d’accroître nos capacités de défense», avait-elle expliqué. Reuters a également rapporté les propos du ministre taïwanais des Affaires étrangères Chiu Kuo-cheng. Ce dernier a déclaré que les interactions entre les armées américaines et taïwanaises étaient «assez nombreuses et assez fréquentes».

C’est la première fois qu’un dirigeant taïwanais reconnaît publiquement une telle présence depuis le départ de la dernière garnison américaine en 1979, année où Washington a reconnu la Chine communiste au détriment de Taïwan.

Une escalade qui s’accélère entre la Chine et les Etats-Unis au sujet de Taïwan

Les passes d’armes se sont multipliées ces derniers jours entre la Chine et les Etats-Unis sur le sort de l’île, qui jouit d’un système démocratique et dispose d’un gouvernement, d’une monnaie et d’une armée propres. Le territoire n’a toutefois pas proclamé d’indépendance formelle. Pékin menace de recourir à la force si tel était le cas.

Interrogé sur la possibilité d’une intervention militaire américaine pour défendre Taïwan en cas d’attaque de la Chine, le président étasunien Joe Biden a répondu par l’affirmative : «Oui, nous avons un engagement en ce sens.»

Au début du mois, le président chinois Xi Jinping avait lui promis une «réunification» inéluctable avec Taïwan par des moyens «pacifiques», alors que l’île fait état début octobre d’un nombre record d’incursions d’avions militaires de Pékin dans sa zone d’identification aérienne.

Source à l’adresse RT France