Affaire Zineb Redouane : son fils «déçu» de l’absence de poursuite administrative contre le CRS

Il n’y aura pas de renvoi en conseil de discipline du CRS mis en cause dans la mort de Zineb Redouane, octogénaire tuée à Marseille par un tir de lance-grenades pendant une manifestation des Gilets jaunes en 2018.

Le fils de Zineb Redouane, Sami, s’est déclaré «vraiment déçu» auprès de RT France de la décision du directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, de ne pas renvoyer en conseil de discipline le CRS mis en cause dans le tir qui a tué sa mère, le 2 décembre 2018. 

Ce faisant, le haut fonctionnaire n’a pas suivi l’avis de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui préconisait dans les conclusions de son enquête administrative, un renvoi devant le conseil de discipline. 

On a même pas reçu des condoléances officielles de la France

Zineb Redouane est décédée 24 heures après avoir été touchée au visage, alors qu’elle était dans son appartement, par une grenade lacrymogène tirée via un lanceur depuis la rue où une manifestation était en cours.

Le volet judiciaire de l’affaire, dépaysé à Lyon, est toujours en cours. «Il [Frédéric Veaux] a dépassé la justice, comment ça se fait ?», a interrogé Sami Redouane depuis Alger où il répondait à RT France. Il a par ailleurs exprimé son souhait de déposer plainte contre le directeur général de la police judiciaire. «On a même pas reçu des condoléances officielles de la France», a-t-il précisé au passage. 

«Cela ne m’étonne pas, nous n’attendions rien de la hiérarchie policière. Le plus important, c’est que le CRS comparaisse devant une cour d’assises pour meurtre», a réagi de son côté auprès de l’AFP l’avocat de la famille de Zineb Redouane, Yassine Bouzrou.

Source à l’adresse RT France