Et si l’inflation moins temporaire faisait monter l’or à 3 000 $ se demande BFM !

« Les cours matières premières, des céréales aux métaux de base en passant par l’énergie, flambent les uns après les autres depuis le début de l’année sous l’effet notamment de difficultés d’approvisionnement. Cela pourrait bientôt être au tour de l’or, selon deux spécialistes du secteur.

Alors que les cours matières premières, des céréales aux métaux de base en passant par l’énergie, flambent les uns après les autres depuis le début de l’année sous l’effet notamment de difficultés d’approvisionnement, cela pourrait bientôt être au tour de l’or selon David Garofalo et Rob McEwen, anciens dirigeants de la société minière canadienne Goldcorp.

Ils misent sur une prise de conscience massive de la part des investisseurs du fait que les pressions inflationnistes mondiales sont moins transitoires qu’escompté – et répété à l’envi par la Fed et la BCE depuis des mois. Lorsque celle-ci aura lieu, l’or retrouvera son attrait en sa qualité de refuge privilégié contre l’inflation, ce qui fera « probablement » grimper les prix à 3 000 dollars l’once (contre environ 1 800 dollars actuellement) selon David Garofalo, qui dirige actuellement Gold Royalty Corp, une autre société d’exploitation minière.

Une telle hausse constituerait un « acompte » par rapport à la prévision à long terme de Rob McEwen d’une once à 5 000 dollars. S’il n’est guère surprenant que les dirigeants du secteur affichent une vision optimiste, ils prévoient rarement des hausses aussi spectaculaires sur une période aussi courte. Car si les autres métaux constituent une indication, le rallye de l’or, lorsqu’il se produira, sera spectaculaire, a ainsi affirmé David Garofalo dans une interview accordée à Bloomberg avec Rob McEwen ce vendredi. « Je parle de mois », a ainsi assuré le premier cité. « La réaction devrait être violente lorsqu’elle se produira » poursuit l’expert, qui mise ainsi sur une once à 3 000 dollars « dans quelques mois, et non dans quelques années ».

Vous allez me dire, Charles, c’est très bien votre truc mais pour le moment l’or ne bouge pas et il aurait du déjà bouger !

Et bien oui et non mes amis !!

Souvenez-vous en 2013.

La FED et la BCE, les banques centrales, ont voulu nous jouer un sale coup en nous faisant croire qu’elles pourraient et sauraient normaliser les politiques monétaires. Pensez donc, l’inflation ? Impossible, nous allons monter les taux !

Si les taux montent l’or n’a aucun intérêt !

Cela a fait baisser l’or de moitié, enfin presque. De 2 000 dollars nous sommes passés à 1 000 dollars. La barre symbolique des 1 000 a d’ailleurs tenu. Chez les goldeux qui surveillent les marchés, la barre des 1 000 a son petit surnom. C’est l’Emile… oui, le prénom Emile, oui je sais c’est nul, c’est potache, mais nous, cela nous fait rire. Humour de goldeux passionnés d’économie !!! Bref, l’Emile a tenu bon.

Cette fois-ci c’est assez différent.

Car les banques centrales annoncent encore la « normalisation » monétaire, le « tapering », ou l’arrêt des injections. L’or devrait s’effondrer donc, mais ce n’est pas le cas, il tient sacrément bien le choc, et nous sommes bien loin d’Emile. On est nettement plus proche des deux mille, les deux Emiles quoi… Ou Emile au carré. Je ne sais pas comment on va dire cette fois.

Et c’est le spectre de l’inflation qui est dans toutes les têtes.

« Toutes les devises, et pas seulement le dollar, achètent moins que ce qu’elles achetaient il y a un an » constate l’expert, qui juge qu’il s’agit d’un « développement sans précédent, du moins dans nos vies, qui va affecter la valeur des monnaies fiduciaires dans le monde entier ». Pour se couvrir contre ce phénomène, David Garofalo considère que l’or, de par « son universalité et son histoire vieille de 4 000 ans, est mieux positionné que les crypto-monnaies comme couverture contre un environnement inflationniste ».

Ces prévisions semblent néanmoins très optimistes. Un cours de 3 000 dollars correspondrait à une hausse de près de 45 % par rapport au record historique de 2 067 dollars atteint en août 2020. Il s’agirait également d’une flambée de plus de 67 % par rapport au cours de l’once actuel, qui tourne autour de 1 795 dollars ».

C’est vrai c’est optimiste.

Mais ceux qui pensent que la transition énergétique ne sera pas inflationniste, que la rareté ne va pas durablement s’installer, ceux qui pensent que l’énergie continuera à être abondante, pas chère et pas polluante, ou encore que nous pourrons continuer à consommer sans limite toujours plus dans un monde limité, sont sans doute les plus optimistes !

L’or se tient bien.

C’est cela la vraie bonne nouvelle qui indique un potentiel énorme pour l’or. Un potentiel qui n’est pas une bonne nouvelle.

Si l’or monte fort, c’est que la valeur des monnaies chutera fortement.

C’est cela l’inflation.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. » 

BFM Bourse ici

Source à l’adresse Insolentiae