Dette : malgré la relance, le déficit explose au troisième trimestre

Bercy vient de révéler qu’à fin septembre le déficit de l’Etat pour l’année en cours avait déjà atteint 175 milliards d’euros, soit une augmentation de près de 15 milliards par rapport à l’an dernier, malgré des ressources budgétaires en hausse.

Le solde budgétaire de l’Etat présentait, fin septembre, un déficit de 175,1 milliards d’euros contre 161,6 à la même époque l’an dernier, selon des informations du ministère chargé des Comptes publics publiées ce 3 novembre.

Pourtant, à 195 milliards d’euros fin septembre, les recettes fiscales nettes de l’Etat sont en hausse de 21 milliards d’euros par rapport à 2020, année du déclenchement de la crise sanitaire. Cette hausse s’explique, selon le ministère, «principalement par un effet de périmètre entre recettes et comptes spéciaux, lié à la rebudgétisation de la taxe d’habitation».

Le document précise aussi que les encaissements de l’impôt sur le revenu ont augmenté de quatre milliards d’euros et que ceux qui sont tirés de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) avaient rapporté, fin septembre 9,2 milliards d’euros de plus que l’an passé, fin septembre 2020.

Cependant ces recettes n’ont pas augmenté au même rythme et dans les mêmes proportions que les dépenses qui ont atteint pour les neuf premiers mois de l’année 316,3 milliards contre 282,1 milliards, soit une progression en un an de 34,2 milliards. Le ministère explique une partie de cette hausse par les «dépenses engagées par le gouvernement pour répondre à la crise sanitaire et soutenir l’économie (notamment +18,5 milliards pour financer le fonds de solidarité pour les entreprises et +2,5 milliards pour la compensation à la sécurité sociale des allègements de cotisations sociales pour les entreprises les plus touchées par la crise)».

Cap sur 2 800 milliards d’euros de dette

Pour l’ensemble de l’année, le déficit de l’Etat, s’il se révèle conforme aux anticipations du budget approuvé par le Parlement devrait atteindre 191,2 milliards. Pour 2022, le budget n’a pas encore été approuvé mais il devrait, malgré une reprise économique attendue aux environs de 4% du PIB, se situer encore aux environs de 145 milliards d’euros. Soit bien au-dessus du déficit public constaté en 2009, année de la crise dite des «subprimes». 

Avec un budget systématiquement en déficit depuis des décennies, la dette de l’Etat et des administrations publiques ne cesse inexorablement de gonfler. A la fin du deuxième trimestre 2021 la dette publique de la France atteignait la somme de 2 762 milliards de dollars et elle devrait dépasser les 2 800 milliards à la fin de l’année ou au premier trimestre de l’année prochaine.

Source à l’adresse RT France