Dalle d’Argenteuil : le commissariat ciblé par des mortiers d’artifice (VIDEO)

Le commissariat de la dalle d’Argenteuil a de nouveau été la cible de violences, cette fois à l’aide de tirs de mortiers d’artifice par des délinquants, malgré un article dans la loi Sécurité globale censé lutter contre leur commercialisation.

Le commissariat de quartier sensible de la dalle d’Argenteuil (Val d’Oise) a été pris pour cible par des tirs de mortiers d’artifice dans la soirée du 7 novembre. Des images très impressionnantes de cette attaque ont été mises en ligne par Matthieu Valet, secrétaire national adjoint du syndicat indépendant des commissaires de police (CFE-CGC), assorties du commentaire : «Ce soir, dalle d’Argenteuil, 50 à 60 voyous de cité attaquent aux mortiers les policiers et le commissariat. Barricades, guet-apens : ils font tout pour faire tomber un policier ! La France sombre dans la violence. J’apporte mon soutien à la Police Nationale du 95 et à la CRS 8 envoyée en renfort.»

Ainsi que l’annonce le porte-parole de ce syndicat de commissaires, la CRS 8, également surnommée «Super CRS» et un temps baptisée Force d’appui rapide (FAR), a été appelée pour sécuriser le secteur. Cette information a été confirmée à RT France par une source syndicale. Cette compagnie spécialisée a été lancée en juillet 2021 pour être projetée sur le théâtre d’opération de rétablissement de l’ordre dans un environnement dégradé.

Selon les informations de CNews, cette attaque du commissariat de quartier aurait eu lieu consécutivement à l’interpellation d’un individu qui aurait été blessé au visage pendant l’intervention la veille. La chaîne précise par ailleurs que la nuit du 6 au 7 novembre avait déjà été marquée par des incidents du même type, avec des tirs sporadiques de mortiers d’artifice vers les forces de sécurité.

Interrogé par RT France, le responsable de la communication Ile-de-France pour l’UNSA-Police, Jérôme Jimenez estime pour sa part qu’une part de «culture de l’excuse» est ici à l’œuvre : «Pour l’heure, rien n’est confirmé, mais il semblerait que certaines personnes évoqueraient un tir de LBD sur un jeune. Pour moi, cela sent la culture de l’excuse pour tout et n’importe quoi. Et quand il y a une vraie bavure policière, l’UNSA-Police le reconnaît et le dénonce. Mais cette fois, quelle va être l’excuse qu’on va nous sortir pour des tirs de mortiers d’artifice sur des policiers et des véhicules incendiés ?»

Le syndicaliste condamne par ailleurs : «Nous nous retrouvons une nouvelle fois avec des policiers visés et des véhicules de riverains incendiés. Des véhicules qui, je le rappelle, servent pour ces habitants de quartiers populaires à aller travailler le lendemain… Et ce sont des jeunes du même quartier qui les brûlent ! J’attends de voir ce qui va ressortir de tout cela, mais l’UNSA-Police condamne évidemment cette attaque.»

Jérôme Jimenez précise encore : «Il y a eu la veille des interpellations liées au démantèlement du trafic de drogues sur des points de vente du secteur. C’est vraisemblablement cela qui aurait généré cette situation. Mais le vrai mobile de toute cela, c’est : rien ! Il s’agit juste d’une tentative d’intimidation de la part d’une minorité de délinquants. Ce n’est pas entendable pour les riverains qui veulent juste vivre sereinement, une population locale qui doit subir ces voyous.»

Au sujet du «fléau» de l’usage illégal des mortiers d’artifice, le responsable de l’UNSA-Police rappelle également qu’un jeune homme de 25 ans est décédé à Boofzheim dans le Bas-Rhin dans la nuit du nouvel an 2021 en manipulant un mortier d’artifice. Selon les informations du Figaro citant le parquet, la victime aurait eu «la tête arrachée» par l’engin explosif.

La loi Sécurité globale portée par la majorité et soutenue par le gouvernement devait, dans son article 30 empêcher la vente illégale, notamment en ligne, des mortiers d’artifice utilisés de façon récurrente de façon détournée pour attaquer des personnes dépositaires de l’autorité publique, des bâtiments et parfois des bandes adverses. Pour le moment, la lutte contre ce phénomène ne semble cependant pas avoir porté ses fruits.

Le commissariat de quartier de la dalle d’Argenteuil avait quant à lui été fermé après un incendie criminel devant sa porte en mai 2020 avant de rouvrir partiellement quelques mois plus tard. Selon les informations de RT France, il n’est pas prévu de fermer à nouveau le poste de police pour le moment.

Antoine Boitel

Source à l’adresse RT France