« Mieux que le Bitcoin, les métavers. Comment y plonger sans s’y noyer ? » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Mieux que les cryptomonnaies, nettement mieux, les métavers.

En fait les premières ne changent la vie de personne, et pas tellement plus les usages. C’est pour cette raison que l’on peut dire que c’est essentiellement un immense mouvement spéculatif, qui fait presque oublier une véritable révolution qui est en train de se développer sous nos yeux.

Les métavers.

Nous avons tout.

Les tuyaux.

Les technologies.

Les appareils.

Les grands groupes capables d’investir ces nouveaux champs des affaires.

C’est dans ce contexte que Facebook devient Meta, Meta pour métavers.

N’imaginez pas une seule seconde que ce changement nom serve à faire oublier quelques scandales dans la gestion des données du géant Facebook.

En réalité cela fait plusieurs années que Facebook travaille sur les métavers, l’aboutissement ultime du réseau social.

Aujourd’hui la société Facebook est prête à faire vivre à ses milliards d’utilisateurs une nouvelle expérience de vie, d’internet et du réseau social.

Cela va tout changer, comme l’appareil photo numérique a changé le monde de l’argentique et de la pellicule. Laminée Kodak. Cela va tout changer comme l’iPhone a changé le monde de la téléphonie. Laminée Nokia.

Cela va tout changer comme pour ces consoles qui font la même chose depuis 40 ans. Une boîte, deux manettes et un écran télé. Celui d’aujourd’hui est plus plat que celui d’hier. Rien de plus. La réalité virtuelle, va être un tsunami que personne n’a vu venir.

Ils sont tous concentrés sur l’IA, l’intelligence artificielle et les crypto-monnaie, qui sont roupies de sansonnet et épiphénomènes. Non pas qu’elles n’auront pas d’utilité. Elles en auront. Dans le métavers de Facebook, vous paierez en crypto-monnaies, en Diem même, car nous avons le nom. Tout est déjà conçu, prévu, mais le Diem ne sera qu’un outil faisant partie d’un tout bien plus grand, à savoir des métavers. Il y aura de la crypto-monnaie, mais surtout des millions de possibilités, d’opportunités, de créations. Des arts virtuels et numériques aux affaires, des concerts virtuels aux voyages, des réunions avec avatars aux consultations de médecine, c’est un nouveau monde, un monde virtuel, parrallèle, mais un nouveau monde quand même.

Lorsque Greta vous explique doctement qu’il n’y a pas de planète B, « there is no planet B », elle se trompe doublement. Soit parce parce qu’un jour nous pourrons d’abord exploiter les ressources de la Lune ou de Mars (ce qui n’a rien à voir avec le fait d’y vivre), soit parce que les métavers, même virtuels, sont une possibilité d’extension de nous-mêmes dans un autre monde qui est presque un au-delà mais qui aura d’immenses conséquences dans le monde physique.

Certes.

Il faudra beaucoup d’énergie pour faire fonctionner nos métavers, comme il en faut pour Netflix ou Internet, mais c’est aussi la possibilité de ne pas polluer.

Comment ?

Acheter un costume et des vêtements virtuels n’a aucun coût environnemental pour la planète. Pas de fabrication physique, pas de transport, pas de magasin allumé, rien. Voyager via son casque de réalité virtuelle c’est la même chose. Pas d’empreinte carbone.

Vous serez chez vous, affalé toute la journée sur un vieux canapé troué et élimé.

Vous serez dans un vieux jogging tout aussi troué que votre canapé.

Une réalité minable d’un côté.

Les promesses de votre monde fantasmé de l’autre.

Evidemment ce sera addictif. 

Terriblement.

Mieux que toutes les drogues.

Cela va poser également des problèmes immenses. De l’hyperviolence, à la confusion entre réalité et virtualité.

Le monde en sera complètement changé.

Chamboulé.

Nous y perdrons toute notre humanité. Nos enfants, nos liens, nos amis, nos vies. Les perspectives sont aussi infinies que les dangers.

Je vous laisse regarder cette vidéo du grenier pour commencer à toucher du doigt cette nouvelle réalité.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, vous avez ce dossier sur les métavers, intitulé  » Comment profiter de l’opportunité des Métavers, avant tout le monde ? » et qui traite de sujet comme comment investir dans les métavers ? Comment se former aux métiers des métavers ? Comment créer des opportunités professionnelles dans les métavers et plein d’autres choses vous permettant de saisir aussi cette opportunité. Pour vous abonner à la lettre Stratégie et aux dossier spéciaux c’est ici ou en cliquant sur la photo du dossier spécial ci-dessous.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire [email protected]
Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source à l’adresse Insolentiae