COP26 : des ONG dénoncent la présence massive de lobbyistes des énergies fossiles (VIDEO)

L’ONG Global Witness a révélé le 8 novembre la présence de 503 lobbyistes des énergies fossiles à la COP26 de Glasgow. Face à l’influence des lobbys, la crédibilité de cette grand-messe climatique est remise en question.

L’ONG Global Witness a pu parcourir la liste des participants au grand rendez-vous sur le climat de l’ONU, révélant ainsi que 503 lobbyistes du charbon, du pétrole et du gaz y avaient été accrédités. La «délégation des énergies fossiles» représente donc la plus grande délégation d’une conférence dont l’un des buts majeurs est de faciliter la transition vers une économie décarbonée.

En réaction, plusieurs ONG ont dénoncé la présence massive de lobbyistes représentant les intérêts des industries des énergies fossiles.

Pour Pascoe Sadibo, chercheur pour le compte du Corporate Europe Observatory, «la COP26 est vendue comme le lieu où l’on peut relever les ambitions climatiques, mais elle grouille de lobbyistes qui ont pour seule ambition de perpétuer les activités fossiles de leurs entreprises.» «En parallèle, les gouvernements des pays les plus touchés sont ceux qui se retrouvent les plus exclus des négociations», ajoute-t-il.

Les ONG dénoncent la présence de pompiers pyromanes

Rachel Rose Jackson, directrice de la recherche et des politiques publiques au sein de l’ONG Corporate Accountability, estime, quant à elle, que «les architectes de la crise climatique ne peuvent pas construire un avenir juste et vivable alors qu’ils ont brûlé la maison».

Pour Sam Leon, le responsable des données chez Global Witness, les lobbyistes jouent le rôle de pompiers pyromanes du climat. «C’est comme si les compagnies de tabac avaient leur mot à dire dans la politique de santé publique», a-t-il lancé.

D’autres estiment que du fait de la présence massive des lobbyistes, la COP avait perdu en crédibilité. «La présence de centaines de ces personnes payées pour défendre les intérêts toxiques des entreprises fossiles ne fera qu’accroître le scepticisme des militants du climat qui ne voient dans les discussions de la COP26 qu’une preuve supplémentaire des tergiversations et des atermoiements des dirigeants mondiaux», a ainsi regretté Murray Worthy, responsable de la campagne sur le gaz chez Global Witness.

Pour rappel, seul quatre délégués représentant l’ensemble des ONG actives dans la défense de l’environnement et du climat ont été autorisés par l’ONU à être présents dans la zone de négociation de la COP26.

Source à l’adresse RT France