Eric Ciotti veut un «Guantanamo à la française» et «des lois spécialement adaptées au terrorisme»

Candidat à l’investiture LR pour la présidentielle, Eric Ciotti a fait part de ses intentions pour améliorer la sécurité et la lutte contre l’immigration. Il a ainsi prôné la création d’un «Guantanamo à la française» contre le terrorisme.

Eric Ciotti, défenseur d’une ligne très sécuritaire dans la course à l’investiture LR pour la présidentielle, a prôné l’idée d’un «Guantanamo à la française» pour «empêcher d’agir des bombes humaines», ce 10 novembre dans Le Point.

Estimant que «le combat contre l’islamisme ne peut supporter la naïveté», il a plaidé pour «des lois spécialement adaptées au terrorisme, comme le Patriot Act aux États-Unis».

«Nous devons mettre en œuvre la rétention de sûreté pour les personnes condamnées pour terrorisme représentant toujours une menace très grave lorsqu’elles sortent de prison», a affirmé le député des Alpes-maritimes.

Pour les cas extrêmement graves, il faut des mesures d’exception avec un centre de rétention dédié

«Pour les cas extrêmement graves, il faut des mesures d’exception avec un centre de rétention dédié», a-t-il ajouté.

Eric Ciotti, qui avait déjà évoqué cette idée après l’attaque à la basilique de Nice en octobre 2020, a précisé qu’il faudrait pour cela un référendum afin de «modifier la Constitution sur plusieurs sujets relevant de la souveraineté nationale».

Un candidat proche d’Eric Zemmour

Le candidat, qui dit vouloir «abattre les tabous du politiquement correct», a développé ses propositions sur l’immigration, allant de la suppression du regroupement familial au rétablissement du délit de séjour illégal. Il ne faut, selon lui, «aucune prestation ni aucun droit à la scolarisation des enfants» pour les étrangers en situation irrégulière.

«Il faut que la droite républicaine retrouve une colonne vertébrale sans se laisser culpabiliser par le camp du bien qui décerne des brevets de respectabilité», a ajouté Eric Cotti, alors que certains sympathisants LR regardent avec intérêt du côté d’Eric Zemmour.

L’éditorialiste et candidat putatif à la présidentielle «n’est pas un ennemi − c’est même un ami −, mais c’est ma famille politique qui doit tracer le chemin du redressement», a ajouté Eric Ciotti qui a plusieurs fois dit qu’il préfèrerait voter Eric Zemmour qu’Emmanuel Macron en cas de deuxième tour entre les deux hommes.

«Je dis aux électeurs d’Eric Zemmour de me rejoindre, parce que c’est la droite républicaine qui peut gagner», avait-il déjà lancé ce 10 novembre au matin sur Cnews.

Source à l’adresse RT France