Des Gilets jaunes mènent des opérations nocturnes contre le pass sanitaire et la hausse des prix

Au lendemain de l’allocution du président français Emmanuel Macron, des Gilets jaunes se sont localement organisés le 10 novembre dans de petites manifestations nocturnes pour défendre leur pouvoir d’achat et dire non au pass sanitaire.

Comme en témoignent des vidéos diffusées dans la soirée du 10 novembre sur les réseaux sociaux, parfois corroborées par des articles de la presse régionale, des Gilets jaunes ont mené plusieurs actions coup de poing en France afin de dénoncer le prolongement possible du pass sanitaire mais aussi la flambée des prix à la pompe.

«Ce sont des citoyens de tous horizons qui sont venus se battre et défendre leurs valeurs […]. C’est la résistance que vous avez là devant vous», entend-on par exemple commenter l’auteur d’une diffusion en direct partagée dans la soirée sur Facebook depuis le péage de Saint-Witz (Val-d’Oise), où une action contre le pass sanitaire a rassemblé quelques dizaines de personnes.

Ainsi que le rapporte le journal Oise Hebdo, une opération similaire avait été organisée dans l’après-midi au péage de Chamant, à Senlis, où ont notamment été distribués aux automobilistes des tracts contre «le pass sanitaire, la vaccination des enfants et l’augmentation des prix».

Pass sanitaire et prix du carburant dans le viseur

«A l’appel du « Bloc lorrain », basé à Nancy, une trentaine de personnes, essentiellement des Gilets jaunes, se sont retrouvées à la vieille douane de Mont-Saint-Martin», a de son côté expliqué Le Républicain Lorrain, précisant que des personnes avaient apporté avec elles des palettes ainsi que des pneus. «Vers 20h15, ces manifestants, opposés à la prolongation du pass sanitaire, annoncé par Emmanuel Macron mardi soir, ont bloqué la circulation dans le sens Belgique/Metz», relate encore le quotidien régional.

«Citoyens, Gilets jaunes et anti-pass sanitaire sont là, c’est une action unitaire», a pour sa part fait savoir un internaute à l’origine d’une autre diffusion en direct, cette fois lancée depuis Le Grand-Quevilly, en Seine-Maritime. Dans la vidéo amateur, on peut constater la présence d’au moins une dizaine de personnes ainsi que des installations de fortune telles que des palettes ou encore des pancartes affichant : «Augmentons les salaires et les retraites, pas l’essence.»

Ce 11 novembre, Le Dauphiné libéré a également fait état de «deux petits rassemblements en Haute-Savoie» la veille au soir. «Le premier s’est tenu à Alby-sur-Chéran, peu après 21 heures, route d’Héry. Une dizaine de personnes apparentées au mouvement des Gilets jaunes et des anti-pass sanitaire ont allumé des cagettes aux portes de la société Comptoir savoyard de distribution (CSD) […] Le second a eu lieu au péage de Cluses, avec une douzaine de Gilets jaunes réunis aux barrières», rapporte le site d’informations.

Ces modestes actions coup de poing font suite à d’autres rassemblements organisés d’un bout à l’autre du territoire français ces dernières semaines. En septembre 2018, la mobilisation des Gilets jaunes avait pris forme en réponse à l’annonce par le gouvernement d’une hausse des taxes sur le carburant. Un an après le premier acte de cette fronde inédite, RT France publiait une chronologie interactive consacrée à la genèse du mouvement qui a dans un premier temps bénéficié d’un ancrage particulièrement marqué au sein de la France rurale.

Source à l’adresse RT France