Commémoration du 13 Novembre : réduite en 2020, une cérémonie à Paris en plein procès des attentats

Six ans après l’horreur, la commémoration du 13 Novembre organisée à Paris est plus symbolique que jamais, au moment où le procès historique actuellement en cours éprouve les victimes et façonne la mémoire collective de ces attentats.

La pandémie avait empêché les victimes de se rassembler en 2020, avec une cérémonie réduite au minimum pendant le confinement. L’hommage de cette année est lui marqué par l’épreuve du procès, qui ravive depuis septembre avec force détails le souvenir de l’attaque terroriste la plus meurtrière jamais commise en France.

Accompagné notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, le Premier ministre Jean Castex s’est rendu au Bataclan, devant le Stade de France et sur des terrasses de cafés à Paris, où des commandos téléguidés par Daesh avaient tué 130 personnes et fait plus de 350 blessés en 2015, semant l’effroi dans le pays.

Cette série d’hommages survient deux semaines à peine après la fin de la première phase du procès, où plus de 350 parties civiles ont retracé à la barre le déroulé de cette soirée apocalyptique. Un procès hors norme qui pourrait s’étendre jusqu’au mois de mai 2022, et pour lequel RT France a consacré une rubrique spéciale alimentée, entre autres, par la couverture journalistique de certaines audiences.

Stress post-traumatique, culpabilité du survivant, décalage persistant avec le reste de la société… Pendant un mois, les témoignages des victimes et de leurs proches ont révélé les cicatrices indélébiles et l’ampleur des dégâts psychologiques de ces attentats sur des centaines de vies brisées.

Six ans après ces attentats, la menace terroriste reste très élevée en France, mais prend désormais de nouvelles formes. 

Comme l’ont montré les assassinats de la fonctionnaire de police Stéphanie Monfermé en avril à Rambouillet (Yvelines), ou de l’enseignant Samuel Paty en octobre 2020, elle est désormais portée par des assaillants plus autonomes dont le lien avec les organisations terroristes – qui ne revendiquent plus systématiquement leurs actions – s’est largement distendu.

Ancien président de la République et acteur privilégié de la réponse sécuritaire de l’Etat à l’attaque terroriste, François Hollande a livré le 10 novembre sa version des attentats devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Source à l’adresse RT France