«La guerre est déclarée» : appel à la grève générale contre l’obligation vaccinale en Guadeloupe

L’opposition contre l’obligation vaccinale se poursuit dans les territoires des Outre-Mer. En Guadeloupe, plusieurs organisations syndicales ont appelé à la grève générale dès le 15 novembre.

Une grève générale démarrera le 15 novembre en Guadeloupe pour contester l’obligation vaccinale et les éventuelles suspensions vis-à-vis des travailleurs de la santé dans tous les secteurs.

L’appel à été lancé par le LKP, un collectif regroupant en son sein une cinquantaine d’organisations syndicales, associatives, culturelles ou encore politiques de l’île et pour qui «la guerre est déclarée» depuis les suspensions de soignants ne souhaitant pas se faire vacciner. Opposés à l’obligation vaccinale, les syndicats refusent que «l’ensemble des travailleurs de la santé», y compris ceux de l’Education nationale ou de Pôle emploi reçoivent «leur courrier de suspension le 15 novembre», écrivent-ils dans un communiqué. 

Maïté Hubert-M’Toumo, secrétaire générale de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), a ainsi appelé au «renforcement des piquets de grève» en réaction aux «milliers de Guadeloupéens que [les hôpitaux] jettent à la rue, sans délai de contestation».

L’Agence régionale de santé a pour sa part regretté que des «poches de résistance» recourent à des actions qu’elle juge «inacceptables». Elle a toutefois souligné «une bonne adhésion à la vaccination tous établissements confondus» avec 85% du personnel soignant désormais vacciné.

De son côté, le CHU de Point-à-Pitre a déposé plainte pour mise en danger de la vie d’autrui à la suite d’une grève qui a notamment entravé la livraison de plateaux-repas pour les patients, le 8 novembre. La direction a également rapporté des «coupures d’électricité» et diverses «dégradations». C’est ainsi que le 10 novembre, «le personnel des écoles paramédicales a été évacué par un groupe d’une vingtaine de syndicalistes UTS-UGTG», a également rapporté le CHU qui a en outre évoqué des «intimidations des élèves» alors en pleine session d’examens. Ces épreuves ont dû être annulées et reportées.

Signe que ces mesures suscitent toujours autant la colère des opposants, le trafic aérien a été perturbé pendant trois heures le 13 novembre à l’aéroport international Pôle Caraïbes. Des manifestants anti-pass sanitaire, dont des pompiers, s’étaient regroupés sur la route d’accès à l’aéroport tandis que la saison touristique démarre en Guadeloupe.

«Pendant un peu moins de trois heures, des accès à l’aéroport ont été bloqués, les parkings étaient inaccessibles», a rapporté une source aéroportuaire auprès de l’AFP, confirmant des informations de source policière et de médias locaux. 

Report de l’obligation vaccinale des soignants en Martinique

En Martinique, les opposants à la vaccination obligatoire ont obtenu une première victoire par le report de la décision du gouvernement au 31 décembre 2021. Les ministres de la Santé et des Outre-Mer ont décidé dans le même temps de prolonger la gratuité des tests à la même échéance.

Il ont toutefois estimé que «la faible couverture vaccinale de la population martiniquaise expose le territoire à la survenance d’une cinquième vague qui pourrait avoir des conséquences encore plus catastrophiques que la quatrième vague toujours en cours».

Source à l’adresse RT France