Journalistes de RT France arrêtés : «Le droit de la presse doit s’exercer partout», rappelle le SNJ

Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes, a réagi à l’arrestation de deux reporters de RT France en Pologne, soulignant l’importance du droit de la presse, «y compris dans les zones dites interdites».

«Le droit de la presse doit s’exercer partout, y compris dans les zones dites interdites», a rappelé ce 15 novembre sur RT France Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes, en réaction à l’interpellation dans la matinée de deux journalistes de RT France par la police polonaise alors qu’ils couvraient la crise migratoire à la frontière polono-biélorusse.

«Des autorités qui arrêtent indûment des journalistes ne risquent quasiment rien, ou très peu. C’est pour ça qu’elles le font. […] Le but qui est d’empêcher les journalistes de témoigner sera atteint par les autorités», a regretté la secrétaire générale du SNJ.

«C’est notre mission de journalistes d’aller là où les événements se produisent pour en rendre compte et ainsi informer les citoyens […] C’est le droit d’informer et d’être informé», a encore souligné Dominique Pradalié, appelant à la libération immédiate des deux reporters, «car il n’y a aucune raison de détenir des journalistes qui cherchent juste à effectuer leur travail».

Notre reporter David Khalifa faisait le point sur la situation depuis le village de Usnarz Gorny, en Pologne, à une centaine de mètres de la frontière, lorsqu’il a été interpellé avec un autre journaliste de RT France, Jordi Demory. Jointe par RT France, Ursula Szomko, de la police de Sokolka, a expliqué qu’ils avaient été arrêtés pour s’être rendus dans une zone interdite, ce qui est «illégal». Elle a ajouté que personne, journaliste ou non, ne pouvait se rendre dans cette zone où se joue en ce moment un bras de fer entre les autorités polonaises et biélorusses.

Source à l’adresse RT France