La vie sélectionne toujours. Les étudiants sans Masters.

Je déteste la démagogie. En particulier celle qui veut faire croire aux mauvais qu’ils sont bons. Non pas qu’ils ne soient bons à rien ! C’est faux. Nous pouvons tous donner quelque chose et nous révéler quand nous sommes bien formés, lorsque les enfants sont bien préparés, bien encadrés. Lorsque nous avons, nous les adultes de l’ambition pour eux.

L’ambition, et la justesse nécessitent de dire les choses. Avec bienveillance et sans « condamner » mais dire quand même.

Dire quand on n’a pas compris.

Dire quand on ne sait pas.

Dire que l’on n’a pas travaillé.

Dire que l’on n’a pas de passion particulière pour telle ou telle matière.

On peut vivre sans math à condition de maîtriser les savoirs de base et les calculs élémentaires.

On peut vivre sans Master si l’on sait bien lire.

Or, aujourd’hui, le niveau est affligeant.

Catastrophique.

On donne le bac à tout le monde.

Mon fils en classe de 3ème revient avec des 22 sur 20.

Oui… 22 sur 20.

Alors forcément, dans un pays où l’on obtient des 22 ou des 25 sur 20, il ne faut pas s’étonner que l’on ne puisse plus nommer les choses, toutes ces choses qui font l’effondrement de notre nation à commencer par son niveau scolaire.

Toulouse : le phénomène de ces étudiants qui ont obtenu leur licence mais qui sont recalés en Master

Et puis un jour, les neuneus découvrent, effarés que même avec une licence on ne rentre plus en Master.

Ils ont leur bac sans rien foutre.

Leur DEUG (qui ne doit plus exister) sans rien foutre et sans assister aux cours.

Ils ont leur licence sans trop d’effort.

Ils ont tous des mentions bien et très bien à la pelle qui ne valent guère plus que des roupies de sansonnet.

Et puis un jour ils sont 10 000 diplômés en rien et il n’y a pas assez de place en Master.

Du coup, je pense que plutôt que d’accepter la sélection, il serait grand temps d’ouvrir plus de places en Master pour que tous nos illettrés pensent qu’ils sont en plus bien formés ce qui est le pire des mensonges.

Faire croire à un gamin qu’il est bon alors que c’est faux c’est créer les conditions de son malheur et l’incapacité à comprendre les échecs que la vie, lui imposera, car la réalité est toujours froide et cruelle, rarement idéologue.

Vous croyez que mon fils est fier d’avoir 25/20. Il sait que cela ne veut plus rien dire. Il n’en retire aucune fierté et c’est encore plus cruel pour ceux qui n’arrivent à rien.

Pauvre pays détruit par 40 années de démagogie notamment scolaire.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source La dépêche ici

Source à l’adresse Insolentiae