Coups de feu à l’aéroport d’Atlanta : scènes de panique lors du déclenchement accidentel d’une arme

Les autorités américaines recherchent le propriétaire d’une arme à feu, par ailleurs repris de justice, qui s’est enfui après que son arme s’est déclenchée par accident à l’aéroport d’Atlanta. Trois personnes ont subi des blessures superficielles.

La police américaine recherchait activement ce 21 novembre un repris de justice qui s’est enfui la veille de l’aéroport international d’Atlanta, dans l’Etat de Géorgie, après qu’une arme qu’il transportait s’est déchargée accidentellement lorsqu’elle a été découverte à un contrôle, créant un mouvement de panique.

«Nous poursuivons activement cet individu», a déclaré le major Reginald Moorman de la police d’Atlanta lors d’une conférence de presse après avoir identifié l’individu comme étant Kenny Wells, 42 ans. L’Administration de la sécurité des transports (TSA) a déclaré que l’incident du 20 novembre s’était produit après qu’un «article interdit» a été identifié dans le bagage d’un passager par une machine à rayons X à un poste de contrôle.

Au moment où un agent de sécurité ouvrait le compartiment contenant l’arme, «le passager s’est précipité dans le sac et a saisi l’arme à feu, qui s’est alors déchargée». «Le passager a ensuite fui la zone, sortant en courant par la sortie de l’aéroport», a déclaré la TSA, ajoutant que l’agent avait demandé au passager de ne pas toucher le bien.

L’épisode a poussé des dizaines de passagers à se mettre à l’abri et a fait trois blessés, aucune de ces blessures n’ayant été causée par les coups de feu. Une personne a été blessée par une chute et deux autres se sont plaintes d’un essoufflement, a précisé la police. Peu après l’incident, vers 13h30 heure locale, l’aéroport a déclaré sur Twitter qu’il n’y avait «pas de tireur actif», ajoutant qu’«il n’y avait aucun danger pour les passagers ou les employés». La police a donné le feu vert peu avant 15h.

Une loi autorise les armes à feu dans l’enceinte de l’aéroport

Le grand bruit a fait fuir de nombreuses personnes, qui ont renversé des valises et des poteaux pour s’échapper, comme le montrent des images sur les réseaux. On pouvait entendre des gens crier «Descendez ! Descendez !» tandis que d’autres glissaient sur le sol.

Certaines personnes se sont réfugiées dans les restaurants de l’aéroport, tandis que d’autres ont couru sur le tarmac. L’incident s’est produit pendant l’un des week-ends les plus chargés de l’année, quelques jours avant les vacances de Thanksgiving.

Depuis le début de l’année, la TSA a détecté plus de 450 armes à feu aux points de contrôle du seul aéroport d’Atlanta, plaque tournante du trafic aérien mondial et classé parmi les plus fréquentés avec plus de 100 millions de voyageurs annuels en moyenne. Une loi controversée de Géorgie, Etat dont Atlanta est la capitale, adoptée en 2014, permet aux personnes de porter des armes à feu autorisées dans les aéroports, bien qu’elles ne passent pas les points de contrôle, ainsi que dans les bars, les écoles et les églises.

En vertu de la loi fédérale, il est illégal de porter une arme dans une zone de contrôle de la TSA. «Les armes à feu, en particulier les armes à feu chargées, présentent un risque inutile aux points de contrôle», a déclaré la TSA. Les passagers peuvent voyager avec des armes à feu dans les bagages enregistrés si elles ne sont pas chargées, verrouillées et rangées dans un étui rigide. L’arme doit en outre être déclarée.

Source à l’adresse RT France