Le macron-compatible Renaud Muselier claque la porte des LR… après avoir soutenu Xavier Bertrand

Le président de la Région Paca a annoncé le 24 novembre quitter Les Républicains. La veille, il avait pourtant annoncé son soutien à Xavier Bertrand pour le congrès du parti. Vers un horizon macronien pour Renaud Muselier ?

L’ancien secrétaire d’Etat, député et actuel président de la Région Paca Renaud Muselier a officiellement déchiré sa carte du parti Les Républicains (LR) le 24 novembre. Dans une interview pour LCI, il a confié ne plus se retrouver dans ce parti. Un parti dont il a pourtant demandé l’appui lors des Régionales en juin dernier.

«Toute ma vie, je me suis battu contre le Front national», argumente-t-il en visant directement l’un des candidats LR pour 2022 : Eric Ciotti. Celui-ci avait en effet renoncé à voter Emmanuel Macron lors du second tour de la présidentielle de 2017 face à Marine Le Pen. «Et là on dit [chez les LR], ne touchez pas à [Eric] Ciotti […] mais on va perdre», s’alarme Renaud Muselier. «Je ne suis pas bien […] je suis libre», conclut-il, ajoutant dans un tweet avoir été encarté pendant 35 ans dans le parti, autrefois nommé le RPR.

Renaud Muselier a-t-il par ailleurs été vexé par l’attitude de Xavier Bertrand à son égard ? La veille, le chiraquien avait apporté son soutien à Xavier Bertrand pour la mini-primaire, se déroulant dans le cadre du congrès LR début décembre. Sauf que le président de la région des Hauts-de-France  a balayé cet appui, rétorquant ne pas pouvoir «en accepter les termes». «Ses attaques contre Eric Ciotti et David Lisnard sont inacceptables», a-t-il fustigé.

En effet, à plusieurs reprises, Renaud Muselier avait précédemment ciblé Eric Ciotti pour ses positions trop droitières, le «faux nez» de l’extrême droite selon ses mots. Et lors de l’élection du nouveau président pour l’Association des maires de France, le 17 novembre, Renaud Muselier était allé jusqu’à soutenir publiquement la candidature du macron-compatible Philippe Laurent face au LR David Lisnard, reprochant à celui-ci de ne pas l’avoir soutenu lors des dernières élections régionales face au Rassemblement national.

Désormais, tout porte à croire que Renaud Muselier se dirige tout droit vers la macronie. Lors d’une interview dans Le Parisien le 23 novembre, il a même averti : «Si Ciotti gagne le congrès, j’irai directement chez Macron ! Il n’y a pas de doute là-dessus.»

Cela fait en fait plusieurs mois voire années que Renaud Muselier fait du pied à Emmanuel Macron. Outre son soutien lors de l’élection présidentielle de 2017 (et non au LR François Fillon), il avait aussi tendu la main aux macronistes pour les Régionales de 2021 en Paca. En retour, La République en marche avait écarté sa propre liste pour faciliter la victoire de Renaud Muselier, face au RN incarné par Thierry Mariani.

D’aucuns le voient donc jouer un rôle dans le nouveau parti macroniste Horizons, lancé le 9 octobre par l’ancien ministre Edouard Philippe pour siphonner l’électorat centre-droit. A cette question, Renaud Muselier a répondu qu’il était actuellement dans une logique «de rupture, pas d’atterrissage», affirmant ne pas avoir d’ambitions ministérielles ou présidentielle. Cela n’a pas empêché le ministre de l’Economie Bruno Le Maire de lui souhaiter sur France info la «bienvenue» : «Sa place est dans cette majorité.» Bruno Le Maire est en tout cas l’exemple de la porosité entre LR et macronie. Un exemple à suivre pour Renaud Muselier ?

Bastien Gouly

Source à l’adresse RT France