1 français sur 3 inquiet ou triste pour Noël. Dramatique.

Ce pays déprime.

Je me souviens d’une époque pas si lointaine, où l’on s’amusait en France.

Où l’on aimait jouer, danser, faire la fête, faire de l’humour, c’était au début des années 2000. Et puis les attentats du 11 septembre ont tout changé. Petit à petit notre pays s’est enfoncé année après année dans une dépression généralisée. Ce pays étouffe. Au sens propre. Au sens premier. Et ce n’est pas cette année que cela ira mieux tant le narratif public et les messages des autorités, absurdes, rendent les gens encore plus fous, toujours plus tristes.

Noël : un Français sur trois se dit « attristé » ou « inquiet », selon une étude IFOP

« Pour beaucoup de ménages, les fêtes de fin d’année, sont une période d’inquiétude. Les raisons : la perte de pouvoir d’achat et la peur de ne pas se retrouver en famille.Selon un sondage IFOP publié le jeudi 2 décembre sur le site de l’association Dons solidaires, Noël n’est pas forcément un moment de joie pour tous les Français. Dans ce sondage repéré par Franceinfo, réalisé en ligne du 10 au 15 novembre sur un échantillon de 2003 personnes, près d’une personne interrogée sur trois se dit « attristée » (29 %) ou « inquiète » (28 %) à l’évocation des fêtes de fin d’année.

Plus précisément, les personnes seules ou les ménages les moins aisés sont les plus concernés par ces sentiments négatifs. 21 % des Français disent redouter passer le réveillon seul. Et, un Français sur deux, (53 %), déclare avoir des difficultés pour finir le mois.

Le Secours Catholique a publié un état des lieux de la pauvreté le 18 novembre. En 2020, 7 millions de personnes ont eu recours à l’aide alimentaire, soit 10 % de la population française.

Face à la hausse de l’inflation dans toute la zone euro et à la pandémie mondiale qui a largement fragilisé l’économie, beaucoup de ménages déclarent se serrer la ceinture à l’approche des fêtes de fin d’année. Ainsi, un Français sur deux prévoit de se priver d’autres achats (57 %). Ils sont aussi un sondé sur deux, (55 %), à préparer de plus petits cadeaux que ce qu’ils aimeraient offrir.

29 % des parents entendent même renoncer à acheter des cadeaux, contre 20 % l’an dernier ».

Voilà le triste bilan de l’administration marconienne.

Ho, bien évidemment, il n’est pas responsable de tout. Il est l’aboutissement de tout.

Ce quinquennat est un échec retentissant, et économique c’est une catastrophe absolue. Une dette à 125 % du PIB, un chômage qui reste élevé, une fiscalité confiscatoire, un pays de dépressifs avec la moitié de la population sous anxiolytiques, non vraiment, c’est un résultat brillant !

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Sud-Ouest.fr ici

Source à l’adresse Insolentiae