Lutte antidjihadiste : les militaires français ne seront plus que 3 000 au Sahel mi-2022

Réduire la voilure au Sahel, mais sans admettre une retraite : c’est la délicate mission dans laquelle la France s’engage en transformant l’opération Barkhane au Sahel en opération de forces spéciales. Le contingent va passer de 5 000 à 3 000 hommes.

Dans une interview à l’AFP publiée le 13 décembre, le commandant de l’opération Barkhane, le général Laurent Michon, a dévoilé un nouvel objectif de la France au Sahel : réduire d’ici six mois le contingent au Sahel à 3 000 hommes, contre plus de 5 000 il y a quelques semaines, dans le cadre d’une vaste réorganisation du dispositif militaire.

Interrogé sur le proche horizon 2022, le général a expliqué : «Nous sommes en train de terminer la première phase, à savoir le désengagement de l’extrême nord malien (Tombouctou, Kidal, Tessalit), en coopération à la fois avec les autorités maliennes, la Minusma (mission de l’ONU au Mali) et nos amis européens associés au sein de la force Takuba.»

Objectif 3 000 soldat français à l’été 2022

«La deuxième phase va débuter au prochain semestre : il s’agira de réarticuler à la fois le commandement et les forces, essentiellement au Mali. Et la transformation ne s’arrêtera pas là. Nous étions environ 5 000 militaires français au Sahel à l’été 2021, nous serons environ 3 000 à l’été 2022. Il y aura beaucoup moins de forces conventionnelles et plus de forces spéciales dédiées au partenariat de combat, réunies au sein de la force européenne Takuba», a précisé Laurent Michon.

Le haut gradé tempère cependant : «Il existe deux sujets de friction avec Bamako : les contacts avec [la Société militaire privée russe] Wagner et le calendrier politique de la transition. Les élections devaient se tenir en février, cela semble très improbable mais ce report du calendrier politique n’impacte pas les opérations militaires. […] Certains au Mali et dans d’autres pays ne comprennent pas que les armées françaises n’arrivent pas à pacifier le Sahel. Je les comprends. Mais c’est juste impossible et ce n’est pas notre mission. Nous avons six avions de chasse, six drones et de 3 000 à 5 000 hommes pour une région grande comme l’Europe.»

Interrogé sur l’état actuel de la menace djihadiste au Sahel, le général Michon a estimé que Daesh dans le grand Sahara était actuellement en phase de «recomposition après l’élimination de certains chefs», mais a assuré que la nébuleuse du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affiliée à Al-Qaïda était «beaucoup plus» dangereuse par sa capacité à imposer une «solution acceptable» aux populations du centre du Mali.

Le commandant de Barkhane précise même que c’est la contagion de cette nébuleuse vers de nouvelles zones au sud du Sahel «qui a motivé la décision de transformer Barkhane.» Et de conclure : «C’est un processus assez lent qui peut être entravé, mais ce n’est pas à Barkhane partout de lutter contre cela. C’est aux pays eux-mêmes.»

Source à l’adresse RT France