Accusée de harcèlement moral, la sénatrice Esther Benbassa quitte le parti EELV

Entachée par des accusations de harcèlement publiées dans Mediapart et exclue du groupe parlementaire EELV depuis septembre, la sénatrice Esther Benbassa a annoncé qu’elle quittait finalement le parti.

«C’est un appareil que je quitte, rien d’autre». Le ton du communiqué publié le 14 décembre par la sénatrice Esther Benbassa est amer. L’élue y annonce qu’elle quitte le parti EELV et qu’elle a été déboutée le même jour de ses demandes de recours contre son exclusion du groupe écologiste en septembre.

«Tous les parlementaires – y compris ceux qui l’ont exclue – auront au moins désormais conscience de la fragilité de leur statut au sein de leur propre groupe, ils peuvent en être exclus à tout moment dans n’importe quelles conditions», dénonce le texte du communiqué. 

Esther Benbassa a été accusée de harcèlement moral à l’encontre d’anciens collaborateurs dans des témoignages publiés dans un article de Mediapart

La sénatrice reste en poste

«C’est un appareil que je quitte, rien d’autre, un appareil prêt à lâcher une élue issue de la société civile, loyale et constante dans ses engagements, sur la base d’un article de presse rédigé exclusivement à charge et en l’absence, jusqu’à ce jour, de tout signalement administratif, de tout dépôt de plainte en justice et de toute condamnation», développe la sénatrice. 

Esther Benbassa précise avoir été maintenue «en retrait» du parti «pendant une période de presque cinq mois» après l’article de Mediapart en juillet, puis suspendue le 30 novembre «le temps pour le Bureau exécutif d’EELV d’organiser à son tour une procédure interne».

Sans attendre la conclusion de cette procédure, Esther Benbassa annonce quitter EELV «aujourd’hui même». Elle précise qu’elle reste sénatrice de Paris et «ne rompt pas avec l’écologie politique, ni ne renonce à ses combats».

«Je ne quitte pas non plus les militantes et les militants», souligne-t-elle.

Source à l’adresse RT France