En déplacement à Mayotte, Marine Le Pen prône la fermeté contre l’immigration

La candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, est à Mayotte pour quatre jours. Elle a déjà tenu un discours de fermeté sur l’immigration, notamment clandestine, et promis d’agir en cas d’élection, en mettant par exemple fin au droit du sol.

Accueillie avec des tambours, Marine Le Pen a effectué quelques pas de danse à sa sortie de l’avion lors de son arrivée à Mayotte le 16 décembre. Recevant également des couronnes de fleurs, la présidente du Rassemblement national (RN) a ensuite tenu un discours de «fermeté» contre l’immigration.

«Il faut en même temps apporter soutien et affection, et une politique d’une très grande fermeté pour donner un avenir aux jeunes de Mayotte», a-t-elle affirmé, d’après des propos rapportés par l’AFP.

Elle a estimé être «la seule [à] parler très souvent» de Mayotte. D’après le récit de l’AFP, la candidate à la présidentielle a d’ailleurs livré «un constat terrifiant de ce que [les Mahorais] viva[ient] au quotidien». «Une immigration massive et toutes les conséquences : une explosion de l’insécurité [avec] des vols avec violence, des coups et blessures, qui aujourd’hui atteint même les enfants dans leur capacité à étudier», a-t-elle ajouté.

Selon une étude de l’Insee publiée en novembre, exploitant des chiffres de 2018 et 2019, «le sentiment d’insécurité est très fort à Mayotte : près de la moitié des personnes se sentent en insécurité souvent ou de temps en temps, à leur domicile ou leur quartier, soit cinq à six fois plus que les habitants de l’Hexagone».

Parmi ses propositions face à la délinquance et l’immigration, Marine Le Pen a proposé de «supprimer le droit du sol, [d’] arrêter les pompes aspirantes». Dans cette veine, elle veut mettre en place «une action diplomatique forte» avec les Comores voisines, pour que «ceux qui sont en situation irrégulière retournent chez eux».

En effet, Mayotte fait face à une forte immigration clandestine venue principalement des îles des Comores qui ne sont qu’à 70 kilomètres de ses côtes.

Marine Le Pen a en outre pointé les «conséquences» de l’insécurité sur les investissements, proposant davantage de moyens policiers, de gendarmerie et «de surveillance» de l’espace maritime.

Marine Le Pen veut «rétablir l’autorité»

Marine Le Pen a également fait la promesse de «rétablir l’autorité» et de doubler le nombre de magistrats. «C’est pourquoi je suis candidate. Si les promesses étaient tenues, je serais en train de nager dans le lagon», a-t-elle ironisé, selon l’AFP.

Marine Le Pen ne s’est pas privée non plus d’attaquer Emmanuel Macron, venu à Mayotte en 2019 et qui a affirmé le 15 décembre avoir «appris à aimer» les Français. «Etre obligé d’apprendre à aimer les Français, […] ça veut dire tout le mépris dont il fait preuve» à leur égard, a estimé la candidate.

Invitée sur la chaîne publique Mayotte la Première, elle a aussi constaté qu’Emmanuel Macron avait «encore déclaré hier que l’immigration [était] une chance pour notre pays, or on voit bien, notamment à Mayotte, que c’est un appauvrissement et que ça perturbe très gravement la vie quotidienne».

Marine Le Pen sera en campagne sur cet archipel de l’océan indien jusqu’au 19 décembre, puis à La Réunion jusqu’au 21 décembre.

Source à l’adresse RT France