«Mensonge», «autoritarisme sanitaire» : les annonces de Jean Castex dénoncées par l’opposition

Le renforcement des mesures sanitaires annoncées par Jean Castex à l’approche des fêtes de fin d’année ont fait se lever un certain nombre de critiques virulentes dans l’opposition. Marine Le Pen dénonce même un «mensonge» d’Emmanuel Macron.

Les annonces de Jean Castex sur le renforcement des mesures sanitaires à la suite du Conseil de défense du 17 décembre ont vivement fait réagir une partie de l’opposition. Remplacement prochain du pass vaccinal au par un pass sanitaire, interdiction des «rassemblements sauvages» et des festivités par les mairies pour le Nouvel An, réduction possible du délai à quatre mois pour le rappel du vaccin… Une longue liste de mesures pour faire face à la nouvelle vague de l’épidémie et l’arrivée du nouveau variant Omicron mais dont le bien-fondé est contesté par de nombreuses personnalités politiques dont certains candidats à la présidentielle. 

Marine Le Pen semble ainsi percevoir dans ces annonces une contradiction par rapport à une déclaration d’Emmanuel Macron du 27 décembre 2020 affirmant que «le vaccin ne sera[it] pas obligatoire». «Enième mensonge d’Emmanuel Macron et de Jean Castex dans cette crise sanitaire», dénonce ainsi sur Twitter la candidate du Rassemblement national pour la présidentielle. Des mesures condamnées aussi par de nombreux autres cadres du parti : dans un tweet le député européen RN Jérôme Rivière y voit même un «acte totalitaire».

Une opinion partagée par Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France qui conclut que ces mesures sont un moyen de rendre «la vaccination obligatoire». «Ne laissons pas passer cette privation de nos libertés fondamentales. Français réveillez-vous !», lance-t-il également en forme d’avertissement. 

Florian Philippot, opposant virulent à la politique sanitaire du gouvernement et président du parti Les Patriotes, est lui aussi très sévère contre les nouvelles annonces. «Donc on assume de priver intégralement d’hôpital 6 millions de Français (et plus demain car tout vacciné est un futur non-vacciné) ! On les laissera crever ?!», s’interroge-t-il avec colère sur Twitter. 

Chez Les Républicains (LR), les critiques sont moins virulentes mais le sénateur LR Alain Houpert écrit lui que «la confiance dans la parole de l’exécutif vient encore d’être ébranlée.»

A La France insoumise on évoque un «autoritarisme sanitaire»

La députée de La France insoumise Mathilde Panot a ouvert le bal des critiques à gauche contre les nouvelles mesures du gouvernement en dénonçant sur Twitter un «autoritarisme sanitaire».

Son collègue insoumis au Parlement Bastien Lachaud tempête contre le gouvernement : «Ils ont temporisé et minimisé la dernière vague du virus. Et ils croient cacher leur incompétence en transformant les non-vaccinés en bouc-émissaires, et en divisant encore les Français. Minables.»

Pour l’ancienne ministre de la Famille du Parti socialiste Dominique Bertinotti, le pass vaccinal est «une absurdité sanitaire, sociale et politique.» «La peur, la discrimination, la fuite en avant ne sont pas les gages d’une démocratie vivante et porteuse d’avenir», ajoute l’ancienne ministre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault dans un tweet.

Source à l’adresse RT France