Une vaste étude confirme que le vaccin anti-Covid de Moderna est lié à de rares problèmes cardiaques

Cette étude effectuée sur toute la population danoise montre que le vaccin Spikevax fait courir un risque de myocardite ou de péricardite, en premier lieu chez les 12-39 ans. Mais sans conséquence grave, selon ses auteurs.

Une étude publiée le 16 décembre et effectuée sur toute la population danoise indique que le vaccin contre le Covid-19 de la firme américaine Moderna fait courir un petit risque de problèmes cardiaques, mais sans conséquence grave.

Cette étude, publiée dans le British Medical Journal (BMJ), fait aussi état de risques cardiaques liés au vaccin Pfizer, mais uniquement chez les femmes.

«La vaccination avec [Moderna] est associée à un risque plus élevé de myocardite ou de péricardite chez les Danois, en premier lieu les 12-39 ans», résument les auteurs. La myocardite et la péricardite sont des inflammations du coeur. La première touche le myocarde, principal muscle cardiaque, et la seconde le péricarde, la membrane qui enveloppe le coeur.

Ces conclusions vont dans le sens de précédentes études qui ont poussé plusieurs autorités sanitaires, dont celles de France et du Danemark, à suspendre l’usage du vaccin Moderna – dénommé Spikevax – pour les plus jeunes. L’Islande y a même mis fin pour tous les adultes.

Des risques de myocardites/péricardites trois à quatre fois plus élevés avec le vaccin de Moderna qu’avec celui de Pfizer

Ce travail est le premier mené à l’échelle de la population de tout un pays, le Danemark étant en pointe du recueil et de l’exploitation des données de santé publique.

Selon cette étude, les risques de myocardites/péricardites dans le mois qui suit la vaccination apparaissent trois à quatre fois plus élevés chez les vaccinés avec Spikevax de Moderna que chez les vaccinés avec Comirnaty de Pfizer/BioNTech.

Quant à ce dernier, «il n’est associé à un risque plus élevé de myocardite ou péricardite que chez les femmes», notent les chercheurs, s’avouant étonnés par cette conclusion.

Ils insistent en tout cas sur le fait que ces problèmes cardiaques restent rares, y compris chez les moins de 40 ans vaccinés par Moderna, puisqu’environ 0,005% d’entre eux seulement sont concernés. Ces problèmes sont par ailleurs restés légers la plupart du temps, et aucun décès ou arrêt cardiaque n’a été observé chez les vaccinés atteints de myocardite ou de péricardite.

Plus largement, le fait d’avoir reçu l’un de ces deux vaccins est même associé à un moindre risque de décès par arrêt cardiaque par rapport aux non-vaccinés, même s’il ne s’agit pas du critère principal évalué par l’étude.

Source à l’adresse RT France