Au pouvoir, La France insoumise promet de mettre «fin au pass sanitaire et au pass vaccinal»

«Au pouvoir, je le dis ici devant vous : nous mettrons fin à cette politique autoritaire de santé», a déclaré l’élue LFI Mathilde Panot, promettant de présenter à l’Assemblée nationale un texte qui «mettra fin au pass sanitaire et au pass vaccinal».

La promesse, le 18 décembre, de la députée Mathilde Panot de mettre «fin au pass sanitaire et au pass vaccinal» en cas d’accession de La France insoumise (LFI) au pouvoir a fait réagir, aussi bien les opposants aux mesures de restriction décidées par le gouvernement que les soutiens de l’exécutif en matière de politique sanitaire.

En déplacement en Martinique avec le candidat LFI à la prochaine présidentielle Jean-Luc Mélenchon, Mathilde Panot a fustigé les mesures sanitaires du gouvernement, assurant que son parti les abrogerait s’il le pouvait : «Au pouvoir, je le dis ici devant vous : nous mettrons fin à cette politique autoritaire de santé. Et le 13 janvier, lors de notre niche parlementaire […] nous allons présenter un texte qui demande de mettre fin au régime d’exception de santé, qui veut enlever le plein pouvoir sanitaire à Emmanuel Macron, et qui mettra fin au pass sanitaire et au pass vaccinal», a-t-elle déclaré, relayée sur les réseaux sociaux par Jean-Luc Mélenchon.

Au-delà de La France insoumise, le message a bien été entendu par l’avocat et militant opposé à la vaccination Fabrice Di Vizio : «On le souligne ! On le souligne et on le souligne», a-t-il expliqué sur Twitter, en remerciant la députée LFI du Val-de-Marne.

Des critiques de la part de LREM et du PS

En revanche, au sein de la majorité gouvernementale, les réactions ont été indignées. «Vous êtes vraiment né avant la honte !», a réagi, sur le même réseau social, la porte-parole de LREM Prisca Thevenot. «Irresponsabilité. Démagogie. Honte», a commenté dans le même sens le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt. Pour l’élu LREM Alexandre Freschi, «démagogiques et inconscients, LFI, Mélenchon et Panot délivrent un discours aussi absurde que dangereux en Martinique», et «ils sont la fange de toute la classe politique».

Les critiques ont également émané de certains à gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, ayant fustigé le discours de Mathilde Panot. «Rien ne va. Ni la sémantique « pleins pouvoirs sanitaires », ni le lieu, les Antilles où le taux de vaccination est si faible, ni le fond du propos en pleine cinquième vague et avant Omicron. Les soignants apprécieront… On ne défend pas le service public en accablant ses serviteurs», a-t-il écrit, toujours sur Twitter.

«Certains font le choix du populisme plutôt que de porter une politique de santé responsable pour les Français et pour le service public de la santé ainsi que les personnels qui ne comptent pas leurs heures. C’est honteux et à vomir», a ajouté le sénateur PS Rachid Temal.

Source à l’adresse RT France