182 000 faux pass sanitaires édités selon un dernier bilan du ministère de l’Intérieur

Le nombre de faux pass sanitaires recensés depuis l’instauration du dispositif en France s’élève à 182 000, selon un dernier compte du ministère de l’Intérieur, qui entend poursuivre la lutte contre la fraude.

Les forces de l’ordre ont mis au jour un total de 182 000 faux pass sanitaires depuis l’instauration du dispositif cet été dans le cadre de 400 enquêtes, selon un nouveau bilan dressé le 20 décembre par le ministère de l’Intérieur.

Le précédent chiffre donné par Beauvau le 16 décembre faisait état de 110 000 faux pass sanitaires en circulation. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait, selon son entourage, donné la semaine dernière instruction aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie d’intensifier les contrôles.

Le 23 décembre, il avait annoncé l’interpellation d’une centaine de personnes, à la fois usagers et membres de réseaux de trafiquants, précisait son entourage.

Le 24 décembre, l’AFP avait appris de source proche du dossier le démantèlement, début décembre après des faits constatés à Metz, d’un réseau qui a permis de créer entre 5 000 et 10 000 faux pass sanitaires pour un bénéfice de l’ordre de deux millions d’euros.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les faussaires ont récupéré les identifiants de pharmaciens sur le site de l’Ordre national des pharmaciens.

Ils généraient ensuite des pass sanitaires aux noms de ces professionnels de santé, qu’ils revendaient. Selon le ministère de l’Intérieur, le site de l’Ordre national des médecins a aussi été piraté. Plusieurs enquêtes cyber d’envergure sont menées à la suite de ces piratages de comptes de médecins et pharmaciens.

L’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) a répertorié plusieurs modes opératoires : achat de faux certificats de vaccination sur internet ou les réseaux ; usage frauduleux d’un QR code attribué à un tiers ; action d’un professionnel de santé complaisant ou d’un de ses employés administratifs, et enfin proposition de test positif de Covid, ce qui permet d’obtenir un pass sanitaire valide pour une durée de 6 mois.

Tour de vis sanitaire

Face à la cinquième vague du Covid-19 et à l’arrivée du variant Omicron en France, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 24 décembre plusieurs nouvelles mesures, dont la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal, une décision critiquée par les oppositions. Le gouvernement espère son adoption fin janvier pour une entrée en vigueur dans la foulée.

Concrètement, pour entrer dans les lieux soumis à ce pass (restaurants, lieux de culture, de loisirs…), un test négatif ne suffira plus : il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel.

Source à l’adresse RT France