12 000 manifestants défilent à Nuremberg contre la perspective d’obligation vaccinale

Une manifestation contre les restrictions sanitaires et la possible instauration de l’obligation vaccinale a rassemblé plus de 12 000 personnes à Nuremberg à l’appel de l’AfD. Des contre-manifestations ont également été aussi organisées.

Ils étaient environ 12 000 personnes à battre le pavé dans l’après-midi du 19 décembre à Nuremberg en opposition à la future loi concernant l’obligation vaccinale et en protestation face aux restrictions sanitaires des Länder, a rapporté le portail d’informations inFranken. Organisée par Alternativ für Deutschland (AfD, eurosceptique, nationaliste), cette manifestation a suscité de fortes réactions à gauche, qui a appelé à une contre-manifestation.

Les manifestants ont traversé la ville avec des pancartes et des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «Obligation de réfléchir au lieu d’obligation vaccinale» ou «Nous tenons bon». Parmi les manifestants se trouvaient des personnes de tous âges, y compris des familles avec enfants. «Les « penseurs transversaux » [Querdenker, courant d’opposition aux restrictions sanitaires] ont réussi à mobiliser entre 10 000 et 12 000 participants», a déclaré le porte-parole de la police Michael Konrad, cité par Die Rheinpfalz.

Les deux présidents du groupe AfD au Bundestag, Alice Weidel et Tino Chrupalla, ont également participé au rassemblement. Tous deux se sont prononcés contre une vaccination obligatoire. «Personne ne doit être forcé à suivre un traitement médical contre sa volonté», a souligné Alice Weidel citée par Die Rheinpfalz. «Un grand merci à tous les participants du rassemblement AfD d’hier à Nuremberg ! Nous avons encore une fois pu montrer l’exemple. De plus en plus de gens en ont marre des politiques qui restreignent leurs droits et les privent de leur liberté. Nous refusons un autre confinement !», a-t-elle également twitté.

Au même moment, à moins d’un kilomètre de là, une «chaîne humaine pour les droits de l’homme» a rappelé les morts liés au Covid-19. «Nous nous mobilisons contre les discours de haine, la désinformation et les théories du complot. Au Kornmarkt, de nombreuses personnes de Nuremberg se sont réunies pour former la chaîne humaine afin de commémorer les morts du Covid-19», a twitté le maire de Nuremberg Marcus König (CSU, centre-droit).

Des contre-manifestations ont ainsi eu lieu dans de nombreuses communes, au cours desquelles les citoyens ont plaidé pour une cohabitation solidaire. Ainsi, à Nuremberg, plus de 2000 personnes se sont réunies pour des contre-manifestations, selon la police.

Le ministre bavarois de l’Intérieur Joachim Herrmann (CSU) a entre-temps qualifié de «plus que préoccupante» l’influence de mouvements comme l’AfD sur les manifestations. Il a estimé à la radio bavaroise, selon Die Rheinpfalz, que les radicaux du courant «Querdenker» sont dangereux, raison pour laquelle ils sont suivis de près par la police. «Nous avons besoin d’une démocratie qui se défend, d’un Etat fort qui lutte contre de tels agissements.»

Le 18 décembre déjà, plus de 15 000 personnes avaient, selon la police, protesté contre les restrictions sanitaires, mais dans différentes localités du Land. Dans l’ensemble, la manifestation est restée pacifique, mais à Traunstein, un fonctionnaire a été légèrement blessé, selon la police. Dans d’autres communes, des plaintes ont été déposées pour non-respect de l’obligation de porter un masque ou pour insultes.

Source à l’adresse RT France