Visés dans des vidéos de tirs sur internet, Garrido et Corbière dénoncent des «menaces de mort»

Le député LFI Alexis Corbière et son épouse Raquel Garrido se sont tous deux indignés de la révélation de vidéos dans lesquelles des sympathisants d’extrême droite tirent sur des simulacres de cibles, dont des «antifas et des gauchistes».

«Aujourd’hui on va s’entraîner à chasser du Garrido sauvage». Mediapart a relayé le 20 décembre une vidéo dans laquelle on voit deux hommes d’extrême droite tirer avec une carabine de chasse sur différents simulacres de cibles. Ils mentionnent — et insultent — l’avocate et chroniqueuse Raquel Garrido et son époux le député Alexis Corbière, mais également des «antifas et des gauchistes», ou encore des individus dotés de «drapeaux algériens et marocains». Raquel Garrido et Alexis Corbière ont vivement réagi à la vidéo et ont annoncé tenir une conférence de presse à ce sujet le 21 décembre à 17h.

«Chasser du Garrido sauvage» et simulacres de tirs sur des antifas

La vidéo, extraite selon Médiapart des réseaux d’un certain «Miles Christi [signifiant Chevalier du Christ en latin]», a été initialement révélée par le porte-parole du groupuscule antifa Jeune Garde Raphaël Arnault. Mediapart ne précise pas, en revanche la date de diffusion.

«Trois morts, ça a ricoché sur un antifa derrière», peut-on entendre après que le tireur a tiré deux cartouches. «Face à nous, des antifas et des gauchistes, ce qui est pareil, des fils de pute […] de la vermine, il y a des drapeaux algériens et marocains j’ai vu là bas donc on va s’empresser de tirer», dit-il avant d’appuyer de nouveau sur la détente. 

«Ben voyons les amis, on va éclater qui là ? Du jeune gaucho, du jeune communiste, du jeune bougnoule mental ?», dit un autre homme rigolant dans un nouvel extrait diffusé par Mediapart avant de tirer lui aussi. «Ah, Emmanuel Macron !», s’exclame-t-il avant de tirer une autre cartouche. 

«Humour» ou «menaces de mort» ?

Selon des recherches entreprises par Mediapart sur les réseaux sociaux, l’utilisateur du compte qui a publié ces vidéos aurait assisté au meeting de Villepinte du 5 décembre d’Eric Zemmour et pourrait être ou avoir été un militaire. Joint par le site, il a confirmé «aimer beaucoup» les idées de celui-ci sans pour autant soutenir le candidat. L’un des individus tirant face à la caméra porte par ailleurs une casquette avec l’inscription «Ben voyons», parfois utilisée par les soutiens du polémiste en référence à une locution qu’il prononce régulièrement.

Entré en contact avec le média, l’individu ayant posté les images a affirmé qu’il ne s’agissait pas là d’une «vidéo sérieuse», et a enjoint à «arrêter de dramatiser cette affaire». Il a déclaré que les deux compères s’étaient «un peu lâché avec humour». Et d’ajouter : «Y’a rien de méchant». 

En revanche, du côté des personnes mentionnées, l’humeur n’était pas à la blague. «Après trois jours de messages d’insultes, désormais un nazillon armé nous menace de mort dans une vidéo, basta», s’est indigné Alexis Corbière dans un tweet, faisant référence à son accrochage survenu trois jours plus tôt en marge de l’émission de Cyril Hanouna Face à Baba avec le président de Génération Z (mouvement de jeunesse qui soutient Eric Zemmour), Stanislas Rigault. 

«Menaces de mort fascistes : [Alexis Corbière] et moi-même tiendrons une conférence de presse [mardi 21 décembre à 17h] à Marseille», a annoncé Raquel Garrido pour sa part. «Je n’ai aucune information à ce stade concernant une éventuelle action des autorités pour appréhender l’individu lourdement armé», a-t-elle déclaré dans un autre message. 

Source à l’adresse RT France