Sortir d’une «torpeur invraisemblable» : un épidémiologiste dénonce un emballement autour du Covid

Intervenant sur CNews, l’épidémiologiste de l’INSERM Laurent Toubiana a appelé à sortir de la «torpeur» dans laquelle se trouverait la France du fait, selon lui, d’une grande exagération de la gravité de la pandémie.

L’intervention de l’épidémiologiste Laurent Toubiana a semé un certain trouble sur le plateau de CNews, ce 23 décembre. «J’espère que tout le monde sortira de cette torpeur invraisemblable dans laquelle nous sommes ; c’est une torpeur […] qui coûte très cher à la population française», a-t-il notamment déclaré, dans une séquence capturée et relayée sur les réseaux sociaux. Laurent Toubiana a souhaité alerter, notamment, sur le coût pour la population française des mesures publiques prises pour lutter contre une épidémie qui, selon lui, «n’en est pas une» – du moins à présent, l’épidémiologiste de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) reconnaissant que la pandémie «a été forte au tout début». 

J’espère que tout le monde sortira de cette torpeur invraisemblable dans laquelle nous sommes

«Je sais que ce que je peux dire peut sembler totalement ahurissant mais c’est la réalité», a-t-il concédé, ce à quoi la journaliste de la chaîne d’actualité qui l’interviewait a rebondi : «Je vous confirme que même moi ça me surprend beaucoup.»

Laurent Toubiana base son propos sur une statistique spécifique concernant l’épidémie de Covid-19, à savoir qu’il y a eu, selon ses propos, «40 malades […] pour 100 000 habitants en France» sur la dernière semaine.

Le chercheur a invoqué des chiffres communiqués par le Réseau Sentinelle pour la semaine du 13 au 19 décembre 2021. Cette source – un réseau de recherche et de veille en soins de premier recours, développé sous la tutelle de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et de Sorbonne Université – fait référence, très précisément, à la «situation observée en médecine générale». Les contaminations qui ne sont pas détectées lors d’une consultation chez un généraliste ne sont donc, a priori, pas prises en compte dans ces chiffres. «[Pour la 50e semaine de 2021] le taux d’incidence des IRA [infections respiratoires aiguës] dues au SARS-CoV-2 (Covid-19) vues en consultation de médecine générale a été estimé à 39 cas pour 100 000 habitants […] ce qui représente 25 509 (19 309 ; 31 709) nouveaux cas de Covid-19 ayant consulté un médecin généraliste», rapporte le Réseau Sentinelle.

Laurent Toubiana a également affirmé que le réseau SOS-Médecins avait fait état de «33 malades pour 100 000 habitants», sur la même semaine.

Son intervention a été saluée par plusieurs personnalités connues pour leurs prises de position contre les restrictions sanitaires, dont le président des Patriotes, Florian Philippot. Celui-ci a remercié le chercheur de «remettre de la raison et de la science» et jugé que  «la conclusion logique c’est « n’ayez pas peur »!», et «n’écoutez plus une seconde ce gouvernement fou !».

Le journaliste du Figaro Ivan Rioufol a lui aussi salué l’intervention, estimant que les propos du chercheurs illustraient bien l’existence d’une «fabrique de la peur».

Le gouvernement anticipe 100 000 contaminations quotidiennes d’ici la fin du mois 

L’exécutif, de son côté, appelle les Français à se prémunir face à la «cinquième vague» de la pandémie et à la propagation du variant Omicron. Ce 23 décembre, après un nombre record de contaminations enregistrées en France en 24 heures, le président de la République Emmanuel Macron a appelé ses concitoyens à «prendre soin les uns des autres» notamment par des tests ou auto-tests avant de retrouver leurs proches pour les fêtes de fin d’année.

Le même jour, le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé que l’«on dépassera très vraisemblablement les 100 000 contaminations par jour d’ici à la fin du mois», tout en soulignant que là où Omicron «circule beaucoup, pour l’instant, il n’entraîne pas de vagues d’hospitalisations».

La veille, le 22 décembre, 84 272 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés en France, avec 16 118 personnes actuellement hospitalisées (16 076 le jour précédent), dont 3 147 en services de soins critiques (3 096 le jour précédent), selon Santé publique France.

Quand au taux d’incidence (nombre de personnes testées positives pour la première fois depuis plus de 60 jours, rapporté à la taille de la population), le dernier chiffre auprès de la même source date du 19 décembre et est de 550,4 cas pour 100 000 habitants (un chiffre calculé à partir du nombre de nouvelles personnes testées positives durant les sept derniers jours).

Source à l’adresse RT France