A Marseille, une femme crie «Allah Akbar» après avoir tenté de percuter des véhicules

Alors qu’une femme au volant âgée de 34 ans tentait de percuter des véhicules, les policiers l’ont interceptée avec un exemplaire du Coran à la main. Elle a été hospitalisée en psychiatrie.

D’après un article du Figaro, une femme de 34 ans, Asma B., a été interpellée le 22 décembre aux alentours de 14h30 après avoir tenté de percuter volontairement plusieurs véhicules sur un col du massif des Calanques, dans le IXe arrondissement de Marseille. La suspecte, voilée, a crié «Allah Akbar» à plusieurs reprises lors de son interpellation. Tenant un Coran à la main, elle s’est vantée d’avoir «bien agi» mais aussi d’être «en relation avec des terroristes».

Quelques minutes avant son interpellation, détaille le quotidien, plusieurs automobilistes avaient appelé la police pour signaler la présence de cette femme en train de prier au bord de la route, à proximité de son véhicule dangereusement stationné au col de la Gineste, une route sinueuse reliant Marseille et Cassis. Juste après cette prière, la trentenaire a pris le volant de son véhicule, puis tenté de percuter volontairement d’autres automobilistes.

S’il s’approche tu appuies !

Pensant que la conductrice voulait «se jeter dans le vide», un individu était descendu de sa voiture pour tenter d’établir un dialogue. En s’approchant, celui-ci avait remarqué que la femme était en conversation téléphonique sur le mode haut-parleur avec un homme lui ordonnant : «S’il s’approche tu appuies !» La conductrice avait alors tenté de percuter le piéton mais l’avait manqué.

Toujours selon Le Figaro, la femme était connue des services de police, mais pour «une destruction de bien privé» tandis qu’elle n’était en revanche pas fichée par les services du renseignement territorial. Placée en garde à vue, Asma B. a été conduite aux urgences après avoir fait un malaise. Elle a ensuite été hospitalisée en psychiatrie. Résidant auparavant à Limoges, cette femme avait déjà fait un séjour dans un hôpital psychiatrique en mars 2019 en raison d’un état «délirant et paranoïaque». Des investigations sont encore en cours.

Source à l’adresse RT France