«Avertissement» : L’Iran détruit la maquette géante d’une centrale nucléaire israélienne

Une reproduction grandeur nature de la centrale nucléaire israélienne de Dimona a été anéantie par 16 missiles balistiques et cinq drones suicides déployés par le Corps des gardiens de la révolution islamique, qui évoque un «avertissement sérieux».

Une maquette grandeur nature d’une centrale nucléaire israélienne a été détruite au cours d’exercices militaires entre le 20 et le 24 décembre par l’organisation iranienne du Corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran). La cible a été anéantie par de multiples missiles balistiques et des drones suicides, selon une vidéo diffusée par les médias iraniens.

L’attaque simulée a eu lieu dans le cadre d’exercices militaires baptisés «Grand Prophète», une manœuvre à grande échelle de cinq jours en Iran qualifiée d’«avertissement sérieux aux responsables du régime sioniste» par le général Hossein Salami, chef des Gardiens de la révolution.

La vidéo de la destruction d’une maquette géante de la centrale nucléaire israélienne de Dimona (avec les caractéristiques distinctives de ce réacteur, notamment un dôme circulaire et des puits de ventilation pour les installations souterraines) montre plusieurs lanceurs de missiles balistiques, certains déguisés en camions civils, se mettant en rang avant de lancer une nuée de projectiles sur leur cible. L’un des lanceurs, rempli de drones suicides et déguisé en camion benne, est également montré dans la vidéo. Un total de 16 missiles balistiques et cinq drones suicides ont été utilisés dans l’exercice, selon les médias iraniens.

Répondre aux menaces proférées ces derniers jours par le régime sioniste

Ces exercices interviennent dans un contexte de tensions accrues entre l’Iran et Israël et à la suite de l’impasse des pourparlers sur l’accord nucléaire signé à Vienne en 2015. Israël s’est constamment opposé à cet accord et affirme que Téhéran cherche toujours à produire des armes nucléaires, une accusation que l’Iran a niée à plusieurs reprises. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, qui a accusé l’Iran de «chantage nucléaire», a récemment demandé la «fin immédiate» des négociations nucléaires à Vienne avec Téhéran, s’opposant à une levée des sanctions contre ce pays.

«Ces exercices ont été conçus pour répondre aux menaces proférées ces derniers jours par le régime sioniste», a affirmé le 25 décembre à la télévision iranienne le général Mohammad Bagheri, chef d’état-major des forces armées, en référence à Israël. «Seize missiles ont visé et anéanti la cible choisie. Lors de cet exercice, une partie des centaines de missiles iraniens capables de détruire un pays qui oserait attaquer l’Iran a été déployée», a-t-il ajouté.

Source à l’adresse RT France