La première giga-usine de batteries électriques européenne lancée en Suède

Le premier constructeur européen de batteries pour automobiles électriques a commencé sa production. Il emploie 500 personnes et dispose déjà d’un carnet de commandes de 30 milliards d’euros.

Annoncé par un déplacement présidentiel en janvier 2020 sur le site de l’usine de Nersac, au sud d’Angoulême (Nouvelle Aquitaine), «l’Airbus des batteries» – un projet réunissant plusieurs pays européens pour fabriquer des batteries européennes – vient d’être coiffé au poteau par une start-up suédoise. Ainsi, le fabricant de batteries électriques Northvolt a annoncé, ce 29 décembre, le démarrage de la production de sa «giga-usine» en Suède, la première en son genre, lancée par un groupe européen sur le sol du Vieux Continent. 

Destinée à concurrencer l’américain Tesla et les producteurs asiatiques de batteries lithium-ion pour l’industrie automobile, l’usine située à Skelleftea, dans le nord de la Suède, a assemblé sa première cellule de batterie électrique «la nuit dernière», selon les termes d’un communiqué de Northvolt publié sur son site web. 

Quand il atteindra sa pleine capacité, le site doit produire de quoi équiper en batteries un million de véhicules électriques chaque année, avec une capacité de production annuelle de 60 gigawattheures (GWh), selon le fabricant suédois. 

De son côté, Tesla doit lancer sous peu sa première usine en Europe et des groupes asiatiques ont des sites importants en Pologne et en Hongrie, mais aucun groupe européen n’opérait jusqu’ici une usine significative comme celle-ci. 

30 milliards d’euros de commandes

Northvolt, un des plus grands espoirs européens en matière de batteries, a déjà décroché pour 30 milliards d’euros de commandes auprès de géants européens de l’automobile comme les allemands BMW et Volkswagen ou encore le suédois Volvo, avec qui il prévoit une deuxième immense usine en Europe. 

Baptisé «Northvolt Ett» (Northvolt Un, en suédois), le site emploie déjà 500 personnes et doit atteindre 3 000 salariés à pleine capacité. L’entreprise suédoise, qui a déjà levé plusieurs milliards d’euros de financement, a été fondée en 2016 par le Suédois Peter Carlsson et l’Italien Paolo Cerruti, deux anciens de Tesla. Parmi ses actionnaires figurent Volkswagen, Goldman Sachs, BMW, des fonds nordiques ou encore depuis 2020 le fondateur de Spotify, le milliardaire suédois Daniel Ek. 

Outre ces financements privés, Northvolt a également bénéficié de prêts européens, alors que le Vieux Continent s’efforce de rattraper son retard en matière de batteries au moment où les constructeurs se tournent en masse vers l’électrique. Face à la Chine, qui domine le marché, l’Europe ne représentait en 2020 que 3% de la production mondiale de batteries, mais elle a l’ambition de rattraper son retard et vise 25% du marché à la fin de la décennie, avec plusieurs ouvertures d’usines.

Source à l’adresse RT France