Réveillon du Nouvel An : 95 000 policiers et gendarmes mobilisés en France

Dans la soirée de ce 31 décembre, le dispositif déployé sur le territoire national comprendra également 32 000 pompiers et acteurs de la sécurité civile et près de 3 200 militaires de la force Sentinelle.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé sur Twitter qu’environ 130 000 policiers, gendarmes, militaires et pompiers et acteurs de la sécurité civile seront en service dans la soirée de ce 31 décembre.

«Plus de 95 000 policiers et gendarmes, ainsi que 32 000 pompiers et acteurs de la sécurité civile seront mobilisés pour assurer la sécurité de nos concitoyens et leur porter secours», a indiqué le ministre dans un message publié dans la matinée, avant de remercier ces fonctionnaires «pour leur engagement chaque jour au service des Français».

Près de 3 200 militaires de la force Sentinelle devraient s’ajouter au dispositif selon l’AFP, qui précise que 9 000 policiers seront mobilisés uniquement à Paris.

La préfecture de la capitale a annoncé la fermeture des débits de boissons les 1er et 2 janvier à partir de 2h du matin, et a interdit «toutes activités de danse dans tous les établissements recevant du public» ainsi que «les rassemblements de personnes donnant lieu à la consommation d’alcool sur la voie publique».

Des forces de l’ordre présentes aussi pour «dissuader les rassemblements» et imposer le port du masque en centre-ville

Les forces de l’ordre contrôleront également le port du masque sanitaire, qui est de nouveau obligatoire en région parisienne et dans de nombreuses villes en France. Sur BFMTV/RMC, David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale, a commenté la situation en ces termes : «Vu le nombre de personnes ou de situations qu’on risque de gérer, bien évidemment ça risque d’être secondaire [de contrôler le port du masque] […] Il y a deux priorités ce soir: les rassemblements interdits sur fond d’alcool – et vous savez que quand il y a  de l’alcool c’est difficile de convaincre – et puis il y a ceux qui vont commettre des actes de délinquance.»

Le 28 décembre, le ministère de l’Intérieur avait enjoint aux préfets de prendre des mesures pour «dissuader les rassemblements» et imposer le port du masque en centre-ville, notamment pour la Saint-Sylvestre, face à la poussée fulgurante du variant Omicron en France. Dans un télégramme aux représentants de l’Etat consulté par l’AFP, Gérald Darmanin leur avait indiqué qu’ils ne devraient pas hésiter, «au regard des circonstances locales, à interdire les activités qui ne [leur] sembleraient pas réunir les conditions permettant les respects des gestes barrières ou de la distanciation sociale», et avait demandé aux forces de l’ordre «la plus grande fermeté» et une «présence suffisante» pour décourager les rassemblements qui pourraient se multiplier ce soir.

Le 31 décembre 2020, c’étaient environ 100 000 policiers et gendarmes qui avaient été mobilisés. Le ministère de l’Intérieur a précisé que cette légère diminution par rapport à l’an dernier s’explique par «une augmentation du dispositif l’année dernière pour faire respecter le couvre-feu et par une mobilisation accrue dans les Antilles et en Nouvelle-Calédonie depuis plusieurs semaines».

Source à l’adresse RT France