Immobilier, ça monte encore et encore, ce n’est que le début d’accord, d’accord !

« Immobilier : les prix ont atteint des sommets en 2021, surtout dans certaines régions » !

Et oui la France est en train de découvrir que le marché immobilier c’est comme la France, cela ne se résume pas à Paris !

Certes, Paris reste le centre de pouvoir mais ce centre de pouvoir change considérablement.

Sous le poids de ses nouvelles règles de vie environnementales, avec la chasse à la voiture et la vie rendue impossible aux séniors et aux familles, Paris devient un repaire de jeunes immatures et tout à fait sympathiques tout jeunes étant par définition immatures y compris votre aimable serviteur ici présent lorsqu’il était lui-même jeune et pensait à peu près savoir tout sur tout !

Des jeunes immatures en trottinettes.

Mais aussi des vieux célibataires sans vie à part celle des troquets à 10 euros la bière du monde, mais des célibataires en trottinettes aussi.

Et enfin des « happy fews », des gens qui veulent tous être proches du pouvoir, côtoyer les ors de la Républiques au prix de toutes les compromissions et de toutes les couleuvres. Pour eux, c’est mieux que la trottinette et la RATP, ils peuvent s’offrir les Ubers et autres taxis ou VTC. Le chauffeur à la demande. Ils ont l’argent, les notes de frais et les petits à côtés. C’est eux les vrais gagnants de la start-up Nation.

Alors on découvre que les gens quittent Paris ou plus précisément que Paris les pousse dehors à coups de trottinettes dans les chevilles.

Séniors qui ne pédalent plus aussi vite qu’avant et familles en besoin de praticité se tournent donc vers la Province.

Et la France est vaste, et partout les prix montent ou presque.

Aucune région française n’a vu le prix moyen de ses biens immobiliers diminuer entre 2020 et 2021. 

« En 2021, les appartements se sont vendus en moyenne 5,6 % plus chers que l’année précédente et 7,7 % pour les maisons en France. Sur le marché des appartements, c’est la Bretagne qui a enregistré les plus fortes hausses de prix tandis que pour les maisons, c’est du côté de la Nouvelle-Aquitaine que ces augmentations ont été les plus spectaculaires.
Dans le domaine de l’immobilier, 2021 aura été une année marquante, que ce soit au niveau de l’explosion du nombre de transactions ou des tarifs des biens. Symbole de cette dynamique, il n’existe aucune région française dans laquelle les prix moyens des transactions ont baissé en 2021, révèle le baromètre annuel du marché immobilier réalisé par Century 21 et relayé par Capital .

Une augmentation des prix continue depuis plusieurs années
L’an dernier, le prix des appartements a augmenté de 5,6 % en moyenne pour un tarif moyen de 227 900 euros tandis que la hausse a été de 7,7 % pour les maisons, avec un prix moyen de 267 500 euros.

« Pour la sixième année consécutive, le prix moyen des maisons a augmenté. Et il a progressé pour la septième année consécutive sur le segment des appartements » , a analysé Laurent Vimont, président du réseau Century 21.

Des prix qui augmentent davantage dans l’Ouest.
Ces tendances sont cependant différentes d’une région à l’autre. En effet, c’est en Bretagne que le prix des appartements a le plus explosé avec 21,4 % de plus qu’en 2020, 17,2 % dans les Hauts-de-France ou encore13,9% dans les Pays de la Loire. A l’inverse, en Auvergne-Rhône-Alpes l’augmentation du prix des appartements n’a été « que » de 3,1 % sur cette période.

Enfin, du côté des maisons, l’évolution des prix en Nouvelle-Aquitaine a été la plus significative avec une hausse de 13,2 %. Elle a en revanche été par exemple plus contenue dans les Hauts-de-France, où l’augmentation a atteint 5,2 % ».

Et oui, cela monte partout, encore plus vite dans les coins où il fait encore bon vivre et où la vie se déroule paisiblement. C’est encore plus le cas dans les petites villes moyennes ou petites qui tirent leur épingle du grand Monopoly immobilier.

Ce n’est pas le retour de l’inflation qui va faire baisser les prix.

Alors, il est fort probable, sauf accident économique majeur que l’année prochaine nous nous retrouvions pour dire que… « finalement les prix de l’immobilier ont baissé ». Il y aura bien des ajustements notamment en termes de qualité (classement DPE) mais pour le reste l’immobilier devrait rester bien orienté.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Boursorama.com ici

Source à l’adresse Insolentiae