Mayotte : le préfet annonce le retour du couvre-feu face à la flambée épidémique

Le couvre-feu nocturne va être rétabli à Mayotte. C’est ce qu’a décidé le préfet du département face à la flambée épidémique dans l’île. Des exceptions sont toutefois prévues, notamment pour les restaurants.

Le préfet de Mayotte a annoncé ce 6 janvier le rétablissement d’un couvre-feu nocturne dans les prochains jours, alors que le 101e département fait face à une flambée épidémique sans précédent liée au variant Omicron.

Le préfet Thierry Suquet a indiqué sur le plateau de la chaîne Mayotte la 1ère que le couvre-feu mis en place dans les prochains jours serait effectif de 20h à 5h du matin. Il prévoit toutefois des exceptions, notamment pour les restaurants appliquant le pass sanitaire, «pour montrer qu’avec le pass sanitaire on peut encore faire un certain nombre de choses». 

Un taux d’incidence qui explose dans l’île 

La rentrée scolaire qui aura lieu le 10 janvier devrait se dérouler quasi «normalement» a-t-il assuré, avec toutefois un port du masque généralisé dans les collèges et lycées.

Dans cette île de l’océan indien, pourtant relativement épargnée par le variant Delta ces derniers mois, le variant Omicron se propage comme une traînée de poudre, avec un taux d’incidence multiplié par plus de 10 en une semaine. 

Mi-décembre, le taux d’incidence n’était que de 30 cas pour 100 000 habitants. Il avait grimpé à plus de 100 en début de semaine, pour atteindre 1 200 cas pour 100 000 habitants le 31 décembre, selon le préfet.

Le gouvernement français a décrété le 5 janvier l’état d’urgence sanitaire dans plusieurs territoires d’Outre-mer, dont Mayotte, en raison de l’«augmentation considérable» des cas de Covid-19 sous l’effet du variant Omicron.

«Compte tenu des capacités hospitalières de ces territoires et de la couverture vaccinale de leur population, la vague épidémique actuelle de Covid-19 constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril […] la santé de la population», affirme le décret présenté en Conseil des ministres.

Source à l’adresse RT France