200 militaires déployés dans des hôpitaux londoniens pour remplacer les soignants atteints du Covid

Au cours des trois prochaines semaines, 40 médecins militaires et 160 personnels auxiliaires devraient pallier l’absence de personnels soignants infectés par le virus dans la capitale britannique, épicentre d’une nouvelle vague de contaminations.

Ce 7 janvier, le ministère britannique de la Défense a annoncé que quelque 200 militaires allaient être déployés dans les hôpitaux de Londres pour soutenir le service public de santé britannique, le National Health Service. Celui-ci est en effet confronté à un absentéisme croissant et à une hausse des hospitalisations en raison du Covid-19.

Ce déploiement comprend 40 médecins militaires et 160 personnels auxiliaires qui devraient être à l’œuvre au cours des trois prochaines semaines pour pallier l’absence de personnels soignants infectés par le virus dans la capitale britannique, épicentre d’une nouvelle vague de contaminations due au variant Omicron.

Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a salué la contribution des militaires à l’«effort national», soulignant qu’ils avaient déjà conduit des ambulances, administré des vaccins ou soutenu des patients à l’hôpital depuis le début de la pandémie. Environ 1 800 militaires sont d’ores et déjà déployés à travers le Royaume-Uni, en soutien notamment à l’effort de vaccination et aux services ambulanciers.

Un absentéisme «jamais vu» dans les hôpitaux britanniques 

Le système hospitalier est confronté à des membres du personnel absents par milliers, des niveaux «jamais vus» auparavant, a indiqué sur la chaîne Sky News le Dr Chaand Nagpaul, président de la British Medical Association (BMA). 

Pour Matthew Taylor, directeur de la Confédération du NHS, regroupant des professionnels de la santé publique, le déploiement de 200 militaires permettra «d’aider», mais la situation continuera d’être «très difficile».

Selon les derniers chiffres officiels publiés le 6 janvier, près de 18 000 personnes – soit 50% de plus en une semaine et un plus haut depuis février – étaient hospitalisées avec le Covid-19. Le Royaume-Uni est l’un des plus durement touchés en Europe avec près de 150 000 morts et des contaminations à des niveaux record, près de 200 000 par jour.

Cependant, le nombre de patients sous respirateur (875) et de décès augmente nettement moins que lors des vagues précédentes, ce qui a poussé le gouvernement à ne pas durcir les restrictions en Angleterre pour l’instant.

Source à l’adresse RT France