Déboulonnage de la statue d’un esclavagiste : relaxe pour quatre Britanniques, Boris Johnson réagit

Au lendemain de la relaxe de quatre personnes ayant déboulonné une statue, Boris Johnson a déclaré ne pas être opposé au retrait d’une statue si cela se faisait par voie démocratique. Il appelle néanmoins à respecter l’héritage historique.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a estimé le 6 janvier que les gens ne devaient pas chercher à «réécrire» l’histoire, au lendemain de la relaxe de quatre personnes qui avaient déboulonné la statue d’un marchand d’esclaves à Bristol en Angleterre.

«Si les gens veulent démocratiquement retirer une statue ou quelque chose d’autre, ça va. Mais je pense qu’en général, nous devrions préserver notre héritage culturel, artistique et historique», a-t-il expliqué en marge d’une visite dans un centre de vaccination. «Je pense que nous avons un héritage historique complexe autour de nous, et il reflète notre histoire dans toute sa diversité, pour le meilleur ou pour le pire», a-t-il ajouté. «Ce qu’on ne peut pas faire, c’est chercher rétrospectivement à changer notre histoire, à la censurer ou la réécrire rétrospectivement», a aussi déclaré le dirigeant conservateur, qui a malgré tout refusé de commenter une décision de justice particulière, en référence à celle prononcée la veille.

Trois hommes et une femme, qui avaient participé au déboulonnage spectaculaire de la statue du marchand d’esclaves Edward Colston au Royaume-Uni lors d’une manifestation du mouvement Black Lives Matter le 7 juin 2020, ont en effet été relaxés par la justice britannique.

Cette statue, qui faisait controverse depuis des années à Bristol, dans l’ouest de l’Angleterre, avait été renversée par la foule puis jetée dans les eaux de l’Avon, fleuve qui traverse la ville.

Poursuivis pour dégradations, les quatre prévenus âgés de 22 à 33 ans avaient reconnu leur participation aux faits mais avaient contesté le caractère délictuel de leurs actes, plaidant non-coupable dans cette affaire lourde de symboles. Le jury populaire leur a donné gain de cause.

La décision a été accueillie par les cris de joie des proches des prévenus, à l’issue d’un peu plus de deux semaines d’audiences à Bristol.

Un verdict qui donne «un feu vert au vandalisme politique» ?

A la sortie de la salle, la prévenue Rhian Graham a remercié tous ceux qui avaient manifesté «au nom de l’égalité» le jour du déboulonnage.

Les quatre accusés étaient apparus portant un T-shirt créé par l’artiste de rue Banksy, originaire de la ville, pour les soutenir.

Les dégâts avaient été évalués au total à 4 000 livres sterling (près de 4 700 euros).

Sur Twitter, le mouvement «sauvez nos statues» a fustigé une décision qui «non seulement donne un feu vert au vandalisme politique, mais légitime également la politique identitaire de division qu’il a contribué à alimenter».

Le Britannique Edward Colston s’était enrichi dans le commerce des esclaves. Il aurait vendu 100 000 esclaves d’Afrique de l’Ouest dans les Caraïbes et aux Amériques entre 1672 et 1689, avant d’utiliser sa fortune pour financer le développement de Bristol, ce qui lui a longtemps valu une réputation de philanthrope.

Le Royaume-Uni sensible au décolonialisme ?

Au Royaume-Uni, l’onde de choc du mouvement Black Lives Matter au printemps 2020 a provoqué une introspection autour du passé colonial du pays et de sa représentation dans l’espace public.

Un monument rendant hommage à Winston Churchill avait été tagué de l’inscription «raciste», ce qui avait suscité de vives réactions.

Plusieurs organisations britanniques de premier plan, comme la Banque d’Angleterre ou la Lloyds, qui assurait les navires esclavagistes, ont présenté leurs excuses.

Après avoir dans un premier temps décidé de retirer deux statues, la City de Londres a finalement décidé de les maintenir en les contextualisant.

A Bristol, deux écoles et une salle de spectacle qui portaient le nom de Colston ont été rebaptisées. Quant à la statue, elle avait été repêchée par les autorités locales.

Source à l’adresse RT France