Les compagnies volent à vide pour garder les « créneaux »

Cela fait deux ans que le même cirque aérien dure.

Que sont ces « slots » pour lesquels les compagnies aériennes volent à vide afin de les conserver ? se demande la RTBF.

Alors la grande chaîne d’informations belge prend l’exemple du groupe Lufthansa qui va devoir opérer « 18 000 vols à vide, faute de passagers, dont environ 3 000 vols pour sa filiale belge, Brussels Airlines. Ce sont les règles européennes qui contraignent les compagnies à voler si elles veulent conserver leurs « slots », ces créneaux horaires qui autorisent une compagnie à décoller d’un aéroport ou à y atterrir à un moment précis. Pour conserver ces droits d’opérer, les compagnies doivent réaliser au moins 80 % des vols prévus. Pour certains, dont le ministre belge de la Mobilité, c’est un non-sens économique et écologique. Et de demander à la Commission européenne d’assouplir les règles ».

Nous y sommes depuis deux ans, et depuis deux ans nous continuons à faire voler des avions à vide pour respecter des règles qu’il suffit de changer ou de mettre entre parenthèses le temps d’une pandémie.

Personne n’arrive à décider.

Voilà comment fonctionne l’Union Européenne, avec une rigidité technocratique très inquiétante, car c’est évidemment l’antithèse de l’efficacité.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source RTBF.be ici

Source à l’adresse Insolentiae