Jean-Yves Le Drian : «Il y a peut-être eu un attentat terroriste contre le Dakar»

Jean-Yves Le Drian demande à Riyad la plus grande transparence après l’explosion d’un véhicule sur le Dakar, blessant un Français. L’hypothèse d’un acte terroriste n’est pas à exclure selon le ministre. La course est néanmoins pour l’heure maintenue.

Le Dakar 2022 en Arabie saoudite a-t-il été visé par un acte terroriste ? La justice française a pour l’heure ouvert une enquête pour «tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste», après l’explosion d’un véhicule de course le 30 décembre vers Djeddah. Ce drame a gravement blessé le conducteur français Philippe Boutron, 61 ans. Celui-ci a été rapatrié après avoir été opéré en urgence dans le pays du Moyen-Orient.

Réagissant à cet événement le 7 janvier sur BFMTV, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a reconnu : «Nous avons pensé que peut-être cela valait le coup de renoncer à cette manifestation sportive.»

«Les organisateurs ont décidé de maintenir [la course]», a-t-il ajouté, expliquant néanmoins que «dans ces cas-là, il faut être très précautionneux, […] au moins mettre en place des dispositifs de protection suffisants et renforcés». «Je pense qu’ils l’ont fait mais en tout cas la question reste posée», a-t-il poursuivi.

Le ministre, qui a demandé à Riyad «d’être très transparent» sur ce fait, a estimé qu’il y avait «peut-être eu un attentat terroriste contre le Dakar». «Il y a déjà eu des actes terroristes en Arabie saoudite contre les intérêts français», a rappelé Jean-Yves Le Drian.

Toutefois, auprès de l’AFP, son entourage a précisé quant à l’éventuel arrêt du Dakar : «La question qui se pose porte sur ce qu’il s’est passé et non sur la suspension éventuelle du Dakar 2022.»

Avant d’être déplacé en Amérique du Sud (en 2009) puis en Arabie saoudite, le rallye-raid traversait notamment le Sahel. Un déménagement destiné à l’éloigner de la menace terroriste ou des conflits armés, qui ont coûté la vie à deux participants dans les années 1990.

L’Arabie saoudite accueille le Dakar depuis 2020. La riche monarchie pétrolière du Golfe n’a pas réagi aux investigations lancées en France, les autorités ayant immédiatement exclu tout soupçon d’acte criminel.

Le 7 janvier au soir, le ministère des Affaires étrangères saoudien a toutefois insisté sur le fait que les résultats de l’enquête n’indiquaient jusqu’à présent aucune «suspicion de crime», dans un communiqué repris par l’agence officielle saoudienne.

Cependant, pour l’entourage du pilote blessé, l’explosion de la voiture n’a rien d’un accident. «Ce n’est pas un accident mais bel et bien un attentat à la bombe !», avait en effet déclaré son copilote Mayeul Barbet sur le site de l’équipe girondine Sodicars Racing le 4 janvier. «C’est un attentat, c’est clair», avait de son côté abondé Marie-France Estenave auprès de France 3, l’attachée presse de l’équipe, balayant de facto la version des autorités saoudiennes.

Source à l’adresse RT France