Un cas contact «ne risque rien» : Castex justifie l’allégement du protocole sanitaire à l’école

Le Premier ministre s’est exprimé sur la simplification de ce protocole mis en place depuis le 3 janvier. «Quand on est cas contact, on ne risque rien», a-t-il affirmé au sujet de la fin des fermetures de classes au premier cas de Covid-19 détecté.

Le 10 janvier, sur le plateau du 20h de France 2, le Premier ministre Jean Castex a annoncé une simplification du protocole sanitaire en vigueur dans les établissements scolaires depuis la rentrée du 3 janvier, celui-ci prévoyant notamment que les élèves doivent se faire tester à trois reprises en quatre jours si un cas de Covid-19 est détecté dans leur classe.

Suite aux annonces du Premier ministre, une seule attestation des parents sera dorénavant demandée pour justifier de trois autotests gratuits (au lieu des tests PCR ou antigéniques en pharmacie) et les élèves n’auront plus à réaliser un nouveau parcours complet si un nouveau cas positif apparaît dans leur classe dans un délai inférieur à sept jours. De plus, les classes ne seront plus immédiatement fermées si un cas positif est détecté dans la journée, comme le détaille Ouest France.

On sait bien que quand on a… a fortiori quand on est cas contact, on ne risque rien

Lors de son intervention télévisée, après s’être félicité que la France soit «un des pays au monde qui [a] laissé [ses] écoles ouvertes le plus depuis le début de la crise», le chef du gouvernement s’est exprimé comme suit : «Si, comme je l’ai entendu, on fermait une classe au premier cas, compte tenu de l’explosion d’Omicron et du développement de la pandémie, en quelques jours toutes les écoles de France et de Navarre seraient fermées, alors même que l’on sait bien que quand on a… a fortiori quand on est cas contact, on ne risque rien.» «On ne laisse pas filer Omicron», a ensuite tenu à préciser Jean Castex. 

Le 7 janvier, plusieurs syndicats d’enseignants avaient appelé à une grève nationale le 13 janvier, afin de dénoncer le protocole sanitaire décidé par le gouvernement.

Source à l’adresse RT France