«Ségrégation», «honte» : vives réactions après les propos de Zemmour sur les élèves handicapés

La classe politique française a vivement réagi aux propos d’Eric Zemmour, qui a exprimé le 13 janvier son souhait de voir scolarisés dans des établissements spécialisés les enfants en situation de handicap.

De nombreuses personnalités politiques ont réagi aux propos d’Eric Zemmour sur les élèves en situation de handicap, le candidat à la présidentielle ayant dit souhaiter qu’ils soient scolarisés dans des établissements spécialisés.

Selon l’AFP, alors qu’il rencontrait des enseignants à Honnecourt-sur-Escaut (Nord) le 14 janvier, le candidat du nouveau parti Reconquête a expliqué que sur la question de la scolarisation des élèves handicapés, «il faut effectivement des établissements spécialisés, sauf pour les gens légèrement handicapés». Le polémiste a également estimé que «l’obsession de l’inclusion est une mauvaise manière faite […] à ces enfants-là […] qui sont complétement dépassés par les autres enfants». Et de préciser : «Je pense qu’il faut des enseignants spécialisés qui s’en occupent». 

Ces propos ne sont pas passés inaperçus et ont suscité de nombreuses réactions au sein de la classe politique française.

Sur Twitter, Marine Le Pen a vertement critiqué les propos d’Eric Zemmour. «Choisir la brutalité systématique comme projet politique est déjà contestable, mais s’attaquer aux enfants fragilisés par un handicap, c’est une ligne rouge et c’est impardonnable», a déclaré la candidate du Rassemblement national à la présidentielle.

Le président des députés LR à l’Assemblée nationale, Damien Abad, a, quant à lui, jugé que les propos d’Eric Zemmour étaient «scandaleux». «Cette ségrégation à tous les étages est une honte absolue. Oui nous devons avoir l’obsession de l’inclusion», a-t-il rajouté. Le député a également exigé «des excuses publiques» du candidat de Reconquête.

Sur BFMTV, Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, s’est dite «consternée par cette vision de la société». «Qu’est-ce que ça veut dire ? Que les enfants handicapés ne sont pas des enfants de la République ?», a-t-elle fustigé, dénonçant la «vision misérabiliste» d’Eric Zemmour sur la question. 

La gauche n’est pas en reste. Jean-Luc Mélenchon accuse Eric Zemmour de vouloir «exclure» les élèves handicapés. Sur cette question, le candidat de La France insoumise préfère «mettre les moyens pour permettre leur scolarisation à égalité avec tous les élèves».

Face à la polémique, Eric Zemmour a tenu à préciser le sens de ses déclarations de la veille. «Ce que j’ai voulu dire, c’est que je ne veux pas que l’obsession de l’inclusion nous prive et nous conduise à négliger la nécessité d’établissements spécialisés», a-t-il déclaré le 15 janvier, des propos repris par l’AFP. Et de poursuivre : «Je pense que c’est une position idéologique, comme toujours. On a décidé que c’était mieux de mettre tout le monde ensemble. Moi, je pense que non […] pas pour les mettre à l’écart, mais pour s’en occuper mieux».

Dans une série de tweets publiés ce 15 janvier, le candidat à la présidentielle a appelé à «prendre en compte les cas particuliers» de chaque enfant, avec des «solutions adaptées, personnalisées et souples». Eric Zemmour souhaite ainsi la création de «passerelles» entre «établissements spécialisés» et «ordinaires». 

Il en a par ailleurs profité pour dénoncer «les idéologues [qui] préfèrent imposer leur égalitarisme « inclusif » et inhumain à tous les enfants handicapés», les accusant d’être «des sans-cœur qui se font passer pour des agneaux».

Source à l’adresse RT France